mardi 10 décembre 2013

Superman Contre Spider-Man

SUPERMAN contre SPIDER-MAN
Le combat du siècle !!!

COLLECTOR !!!!

Une BD de Gerry Conway et Ross Andru  parue chez Sagédition (Présence de l'Avenir) - (01-1976)

Gerry Conway, (Scénario) Ross Andru (Dessin) Jerry Serpe (Couleurs)

Superman contre Spider-man, un épisode de 1976 et qui a constitué un événement à sa sortie : C'est le premier crossover inter-compagnie DC / MARVEL! 



Avec les deux personnages les plus emblématiques
des éditeurs qui se rencontraient, qui plus est ! 


Au scénario, Gerry Conway, connu pour avoir repris Spider-man après Stan Lee et pour avoir écrit la première Clone Saga. Son scénario plaisant mais classique est servi par Ross Andru, lui aussi transfuge de Spider-man.



L'histoire est un modèle du genre : Envoyés au tapis par leurs adversaires respectifs, Octopus et Luthor se rencontrent en prison, s'allient et s'évadent. Alors que Peter Parker et Clark Kent se trouvent réunis au même endroit pour couvrir un évènement scientifique, Mary-Jane et Lois Lane se font enlever par 
Superman !
 Du moins en apparence.......

Personnellement je trouve que la puissance de Superman éclipses notre spidey, l'homme d'acier aurait pu se débrouiller sans le tisseur......et du coté obscur, idem, Luthor prend largement le dessus sur le Docteur Octopus, qui bizarrement, pour ce cross-over devient le Dr Pieuvre !!!!



Une 2ème édition a vue le jour en avril 1979, toujours chez Sagédition, Collection : Présence de l'Avenir.
(96 planches - DL 2ème trimestre 1979. Très grand format cartonné 26X35 cm) 


... et une 3ème chez Semic en 2002 


Proposé en son temps chez Muaddib (UFSF) par Ze enjoyMan Coudinou !

Le lien :
http://uptobox.com/y0uyngg7p3x2

6 commentaires:

  1. Ok ! Il ne s'agissait pas, à proprement parler, d'un second tirage, mais bien d'une édition normale en taille géante et couverture souple puis d'une version collectionneur, de la part de Sagédition.

    On touche là aux plus belles publications de bd de la part des éditeurs français, bien avant la mode actuelle.
    Un objet magique pour les gamins de l'époque, qui détonnait dans les devantures des magasins de journaux !
    Epoque bénie !

    Editorialement, ce fut la seconde association DC/Marvel après un one-shot sur le magicien d'oz.
    Il fut suivi du Hulk/Batman, publié par DC, puis X-men/Teen Titans puis Spider-man/Superman, le second acte, publiés par Marvel, cette fois.

    Il fut question, le projet était engagé et presque 20 pages dessinées d'un Avengers/Justice League, mais Jim Shooter, le patron de Marvel, mit le projet à l'eau, brouilla l'entente entre les deux compagnies jusqu'en 1993/94 pour deux Batman/Punisher puis Punisher/Batman.

    Le crossover qui eut le plus d'intérêt, et de loin, est précisément celui que tu nous présentes !

    RépondreSupprimer
  2. Le docteur Octopus chez Lug devient le docteur Octopieuvre chez Sagédition pour une histoire de droit liée à la traduction employée chez chaque maison d'édition française.

    Ainsi, Serval fut copyrighté par Lug et, quand Panini reprit les licences, ce fut alors Wolverine pour la même raison.
    Cela me choqua également, jadis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Serval, c'est exact, parce que les éditions Semic avaient sorti un périodique portant le titre Serval. Donc, il s'agissait d'une marque déposée, et si Panini avait voulu le conserver, il aurait fallu payer. Mais avant la sortie de ce périodique, tout le monde reprenait allègrement le nom Serval sans que ça pose le moindre problème : la VF du dessin animé X-Men, les livres dont vous êtes le héros sortis chez Hachette, les albums Serval/Havok sortis chez Glénat... Une marque déposée complique toujours les choses. Résultat : aujourd'hui, quand on dit "Serval" aux gens, ils pensent à des soldats français en déplacement au Mali.

      Pour Octopus/Pieuvre, il s'agit plus simplement que la famille Trout (alias Sagédition), qui gérait la franchise Superman depuis des années, ne connaissait à peu près rien à l'univers Marvel et aux traductions de Lug ou Arédit. Ils ont donc tout simplement traduit le mot anglais "Octopus" en "Pieuvre", ce qui est sa signification, après tout.

      Supprimer
    2. Effectivement, comme l'étonnant homme-araignée à ses débuts (Marvel, fantask) qui a vite repris son nom US ....

      Supprimer
  3. Après les commentaires pleins de pertinence et de précisions "techniques" qui précédent, j'ai un peu honte de n'avoir qu'un bête et banal merci à dire, mais bon... Merci beaucoup :)

    RépondreSupprimer