mardi 18 novembre 2014

Nécron

A l'Institut de Recherches Histologiques, où l'on poursuit des études pour tenter de conserver les tissus humains après la mort, des cadavres disparaissent...

La distante et très désirée Doctoresse Frieda Boher n'attire pas les soupçons. Pourtant chez elle, dans le plus grand secret, vêtue d'une combinaison outrageusement sexy, elle s'affaire à créer Necron, à l'aide des organes dérobés.

Elle donne vie à cet esclave sexuel (et ménager) à l'appareil génital hypertrophié pour assouvir ses perversions macabres. Mais la créature s'avère moins contrôlable que prévu. Son penchant pour le cannibalisme, sa jalousie et sa petite cervelle provoque des dérapages qui obligent le duo à fuir... .





Dans l'Italie des sixties, cinéma «giallo» et «fumetti neri» secouent le joug de la décence démocrate-chrétienne et élèvent le mauvais goût au rang d'art populaire.Usant au mieux du petit format et du noir et blanc économique des fascicules pour adultes, Roberto Raviola, alias Magnus, peuple ses bandes dessinées érotiques de personnages séduisants et malfaisants qui font passer pour de grands dadais stéroïdés les super-héros des «comics» américains.



D'orgasmes séismiques en carnages homériques, la faiseuse de monstres et sa créature phallique, descendants dépravés de Mary Shelley, revisitent à grand fracas décors et thèmes de la littérature
romantique.

Nécron est donc de ce concept flou qu’est le mort-vivant, suffisamment mort pour être froid, et suffisamment vivant pour se mouvoir des membres et de l’esprit. Celui-ci est inversement proportionnel à la taille du sexe, car la priorité est charnelle avant toute chose.

Alors que triomphent le bon goût et la morale publique, il était temps de ressusciter ce réjouissant avatar du roman gothique et d'enseigner aux petits lecteurs que si la nécrophilie est, comme le dit la doctoresse Boher, un mal qui ne pardonne pas, elle permet au moins de passer des moments bien sympathiques. Et mort au "politiquement correct" !















Un must de la bd erotico-trash aux graphismes précis et soigné issues de l'esprit tordu de l'italien Roberto Raviola.



Plus d'info + Sources :

Dessiné par Magnus et scénarisé par Ilaria Volpe , la bd parait Initialement sortie en format pocket en Italie petit format par Edifumetto en 1981.



Initialement sortie en format pocket en Italie, la série est parue en France en cinq albums chez Albin Michel de 1983 à 1989 (Nécron, Les Femmes araignées, Noblesse dépravée, La Baleine d'acier, Le Roi des cannibales). Elle a été rééditée en 2006 et 2007 par Cornelius éd. La série complète demeure toutefois inédite en France.











Grand Merci à Nanard pour son partage

11 commentaires:

  1. Alors là ! énorme cadeau !!!!!! merci merci !

    RépondreSupprimer
  2. Ce Nécron me fait penser à Ranxerox, italien lui aussi (http://bdzoom.com/6783/patrimoine/le-coin-du-patrimoine-bd-ranxerox/) Un gros gros merci à Nanard, et à BD Vintage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ! il n'est pas exclu que l'on voit en ces lieu le rejeton de Liberatore :)

      Supprimer
  3. Le "rejeton de Liberatore" sera le bienvenu. Sinon, les aventures de Bécassine c'est bien aussi :)
    Merci pour tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'ailleurs on attend toujours le crossover "Bécassine Vs Ranxerox" - :)

      Supprimer
  4. On pourrait aussi rêver d'un Tintin & Maghella, mais la morale réprouverait. :-) Merci pour cette bande que j'avais oubliée...

    RépondreSupprimer
  5. Non Nécro n'est pas pourri!
    Damned, le lien est HS...
    Un p"ti réup, siou plait.
    Merci d'avance :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Doc ! ce sera fait ce soir :)

      Supprimer
    2. Un grand merci!
      Je passerais le lien aux copains qui attendent, langue dehors...

      Supprimer
    3. Lien opérationnel ! tu passes aux copains mais ils peuvent venir aussi !
      je te prépare un petit mot sur ta MP concernant l'image de ce matin :)

      Supprimer
    4. Je les envoie directement sur ton site, à eux de piocher allégrement!
      Merci encore!

      Supprimer