samedi 29 mars 2014

Mister No

Mister No est une revue de l'éditeur Aventures & Voyages.

Mensuel de janvier 1976 à avril 1990 pendant 171 numéros. Format 13 x 18 cm. 132 pages. 56 recueils. Trois de quatre numéros et le reste avec trois numéros.

Créé en 1975 par Sergio Bonelli, et Gallieno Ferri, ce devait être une mini-série de cinq épisodes. Devant le succès populaire, c'est devenu une revue régulière qui a dépassé son 300e numéro en Italie.

En France, la série est parue au Editions Mon Journal de 1976 à 1990 pendant 171 fascicules avant de disparaître sans explication.
Spécial Mister No : 3 numéros entre février 1986 et février 1987. 




Rééditions des premiers épisodes en commençant bizarrement au N°2 !



En Italie, Mister No a cessé de paraître en 2007 après 321 numéros. Depuis Bonelli continue de publier un album spécial annuel tandis que l'éditeur IF réédite l'ensemble de la série.

Mister No est paru dans de nombreux autres pays dont : l'Espagne, le Portugal, le Brésil, la Turquie, la Grèce et la Yougoslavie.

Dans ce mensuel on y retrouve donc Mister No, surnom de Jerry (ou Jerome) Drake, pilote d'avion américain. Après la deuxième guerre mondiale, il a du mal à s'adapter à une vie civile. Aussi quitte-t-il les USA pour s'installer à Manaus où avec son piper, il offre ses services de pilote et de guide.

Grand amateur de whisky, toujours sans le sou, dragueur impénitent, ce baroudeur se trouve mêlé à des histoires où il ne récolte que des coups en récompense de son idéalisme forcené. C'est un anti-héros, denrée plus que rare dans la bande dessinée petits formats. 



On le voit ainsi refuser de l'argent si l'origine en est douteuse, y compris s'il est dans le besoin (et il est TOUJOURS dans le besoin). Dès qu'il a quatre sous, il court les dépenser dans les bars en alignant les tournées générales, finissant ivre mort en compagnie de son compagnon de beuverie habituel : Otto Krüger. Séducteur devant l'éternel, il ne compte plus les conquêtes féminines, mais refusent énergiquement une vie maritale incompatible avec ses aspirations de liberté. Il est régulèrement en conflit avec la maréchaussée locale qui lui reproche pêle-mêle ses fréquentes bagarres, ses états d'ébriété réguliers et ses incursions répétées dans des histoires plus ou moins douteuses.



il est entouré de quelques figures incontournables et récurrentes :

Otto Krüger dit "Teuton" ou "SS"
C'est un ex-soldat allemand très porté sur le maniement du couteau. Les deux compères ont partagé beaucoup de verres et d'aventures. A part Mister No lui même, c'est le principal personnage récurrent de la série. Il est un peu le versant noir de l'aventurier car il n'hésite pas à pratiquer le cynisme, voire la cruauté. Il a même gagné le droit à quelques aventures en solo en Italie (inédites en France).

Patricia Rowland Archéologue et jolie fille, elle occupe une place particulière dans le coeur de Mister No malgré un fort tempérament qui les poussent tous les deux à se prendre le bec régulièrement malgré un attachement plus que certain. On la retrouve de loin en loin dans les aventures du pilote. Chacune de leurs rencontres est l'occasion de les voir osciller entre amour et disputes.

MN1 : C'est le piper de Mister No, dont l'immatriculation apparait de temps à autres. Monture peu docile, elle rechigne plus qu'à son tour à démarrer et le pilote doit souvent se résigner à lui assener un violent coup de pied pour la convaincre. Ce n'est pas à proprement parler un personnage, mais c'est un peu le "Jolly Jumper" de notre héros. Il était donc indispensable d'en parler.

On y retrouve également 2 séries annexes :

Giddap Joe: (N°1 à 144) Le western que l'on retrouve également dans Capt'ain Swing, mais qui a aussi hanté les pages de la défunte revue "Pistes Sauvages" jusqu'en 1975.

Giddap Joe (de son vrai nom Joe Macrimmon), Bab son épouse, Wa-Wa un jeune indien, et Simon Ogle, surnommé Sim Gold. Cette série raconte la vie difficile des pionniers du grand Ouest américain.






Nic reporter: (N°145 à 171) Nic est reporter à la sauce Tintin, car il passe plus de temps à résoudre des énigmes et vivre ses aventures qu'à pondre des articles. On a pû relire brièvement ses aventures dans la nouvelle série d'Ivanhoé (janvier à octobre 2000).

Nick Barrier, journaliste et reporter au journal L'éclair. Son rédacteur en chef a tous les stéréotypes de son métier : énervé et jamais content. Pour l’accompagner dans ses reportages notre héros peut compter sur la ravissante Aurore et son chien surnommé Flash.


Sources :
http://www.bedetheque.com/serie-9832-BD-Mister-No.html
( je vous conseille vivement de cliquer sur les liens ci-dessous pour en savoir beaucoup plus sur la série)
http://www.pimpf.org/mjm/misterno.htm
http://conchita.over-blog.net/article-dossier-mister-no-41876739.html

Vous trouverez dans les 2 zip les N° suivants :


001

006

007

010

043

090

097

100

+ 2 HS

002 

003

http://www.jheberg.net/captcha/mister-no-pack/

RE-UP 03/07/16

Encore une fois merci à Mr F.......
et Bonne lecture !

lundi 24 mars 2014

Battler Britton

Battler Britton

Aujourd'hui on va parler de guerre, oui je sais c'est moche mais c'est comme ça !

Battler Britton est un lieutenant-colonel de la R.A.F.. Symbole de la bravoure, il a tellement d’exploits à son actif qu’on peut se demander comment la guerre a pu durer aussi longtemps!

Il apparaît pour la première fois sur la couverture du n° 361 (7 janvier 1956) de l’hebdomadaire anglais Sun, dont il devient immédiatement la série vedette. 

Ses créateurs sont le scénariste Michael Butterworth et l’excellent dessinateur Geoff Campion. Ensuite, Battler Britton passe dans l’hebdomadaire Knockout (1960) puis il est intégré à deux collections : les Thriller Comics et Thriller Picture Library, puis dans Ace Picture Library. De nombreux dessinateurs anglais et italiens collaborent à ces pockets édités par la Fleetway. Hugo Pratt lui-même réalise un récit : Battler Britton and the wagons of gold (Thriller Picture Library, n° 297, décembre 1959), traduit dans le Battler Britton n° 30. La preuve ? ICI


En France, Battler Britton paraît d’abord en bande complémentaire dans Garry à partir du n° 106 (février 1957), mais dès juillet 1958, les Éditions Impéria lancent un mensuel à son nom qui va connaître un énorme succès.

Battler Britton passe bimensuel au n°28 et ne cesse qu’en 1986, après 471 numéros. Le matériel anglais étant insuffisant, l’éditeur lyonnais n’hésite pas à utiliser le personnage de Paddy Payne warrior of the skies, dessiné par Joe Colquhoun, qui paraissait dans l’hebdomadaire anglais Lion en concurrence directe avec le Battler Britton du Sun! Ils n’ont pas la même tête mais sont tous deux des as de la R.A.F. et le lecteur français n’a pas dû s’apercevoir de la supercherie.

Ajoutons enfin que Battler Britton fut poursuivi par toute une équipe de dessinateurs espagnols qui travaillaient directement pour Impéria.

Auteur : Gérard Thomassian

Sources :
http://r.leone.free.fr/Battler%20Britton/index.html
http://www.bd-anciennes.com/blog/battler-britton-un-heros-de-laviation-en-petit-format/

Gallerie des couv' :
http://r.leone.free.fr/Battler%20Britton/pages/index001.html

mercredi 19 mars 2014

Batman contre Hulk

Batman contre Hulk !!!!

A votre gauche l'incroyable Hulk, propriété de Marvel comics et à votre droite le justicier de Gotham, Batman, propriété de DC Comics - Ces 2 super-héros vont s'affronter dans ce crossover réalisé par Len Wein (scénario) et José Luis Garcia-Lopez (dessin).

Lors d'une exposition proposée par la Wayne Inc, une machine à rayons Gamma est convoitée par l'horrible Joker qui voudrait bien s'en emparer afin d'en faire une arme meurtrière. Bruce Banner, qui à l'époque travaille pour la Wayne Inc., perd le controle et se transforme en Hulk. C'est à ce moment-là que le Chevalier Noir arrive pour déjouer la tentative du Joker, mais la présence de Hulk complique la tâche à Batman. Le Joker se sert de Hulk pour couvrir sa fuite, laissant les deux héros s'affronter dans une bataille dantesque, digne de David & Goliath !




N°5 . Batman contre Hulk
Scénario : Wein, Len - Dessin : Garcia-Lopez, José Luis
Dépot légal : 01/1982
Editeur : Sagédition
Collection : Superman et Batman
Planches :64

Lien 
upload :Humungus

vendredi 14 mars 2014

YATACA

Yataca est une revue de l'éditeur Aventures & Voyages.
254 numéros de juillet 1968 à août 1989. Revue d'abord en moyen format (14,5x21 cm) tout en couleurs pendant 20 numéros avant de passer en Petits Formats noirs et blanc.

Les numéros en grand format contenaient les aventures de Yataca
(clone de Tarzan) enfant, tandis que les petits formats racontaient
ces aventures d'adultes sans aucune transition, du moins jusqu'au numéro 203.

Les derniers numéros abandonnèrent le thème de la jungle pour se
consacrer au sport de la même façon que des titres comme « En Piste » ou « Trophée » avec des bandes en grande majorité britanniques.



Une des principales caractéristiques de cette revue est le nombre incroyablement élevé de séries s'étant succédé tout au long des 254 numéros. Allez- comme c'est vous un petit listing non exhaustif de des séries
que l'on pouvait trouver : A Pleins Tubes !, Alf's Albion (Leslie Branton), Andy et ses fourmis, Antarès (Juan Escandell) : N° 57 à 119, Commandant Poings de Fer, D Comme Dur (Barrie Tomlinson & Douglas Maxted, Michael White), Le Viking Volant (Donne Avenell & Nevio Zeccara, Jesús Blasco) : N° 11 à 20, Les Cybernétiques : N° 117 à 124, Marsimonstre, Mizomba : N° 75 à 88.....

Les couvertures furent d'abord l'œuvre de Giorgio Trevisan (pour les numéros en couleurs), puis Vitor Péon prit la relève pendant un bon bout de temps. D'abord remplacé par Tomas Porto, puis par Enzo Chiomenti,
c'est Francesco Gamba qui fit l'essentiel du travail sur la fin, parfois relayé par Guido Zamperoni.

Les aventures de Yataca enfant en Amazonie (N°1 à 20)

À l'orée de la jungle amazonienne, dans un village détruit par le feu, une femelle puma, nommé Ram, découvre et adopte trois enfants - âgés d'environ 5 à 6 ans : une fillette prénommée Itza, Téoti un petit noir et Yataca. 



Amis des animaux, ils apprennent leurs langages et nouent une amitié particulière avec Tollan un éléphant d'Afrique enfui d'un zoo et qui depuis a élu domicile dans la forêt. 

Yataca devient particulièrement l'ennemi de Gourm le caïman, de Coalt le python et (surtout) du jaguar Cob, qui n'accepte pas la suprématie de ce "petit homme" sur les autres animaux. Ces trois-là, s'unissent souvent pour tenter de lui nuire. Au fil des aventures, les enfants grandissent... Déjà  alors que s'achève le premier numéro, ils ont une dizaine d'années.



Yataca, reçoit souvent les précieux conseils de Huatlan, un vieillard qui vit seul dans un temple abandonné et qui lui révèle qu'il est lui Yataca "le fils  du soleil", c'est-à-dire un descendant des rois Incas. Au gré des aventures, au-delà de ses trois ennemis jurés, Yataca affronte aussi quelques peuples indigènes et/ou des hommes blancs avides de richesse. 




À partir du 15e numéro, on retrouve Yataca, préadolescent, vêtue non plus d'une tunique mais d'un pagne en peau d'animal, se déplaçant de liane en liane à travers les arbres en arborant un cri pour annoncé sa venue. 

Lorsque s'achève la 20e et dernière aventure de Yataca en Amazonie, Yataca est retrouvé par un oncle paternel qui, ainsi que Itza et Téoti, le ramène à la civilisation.Un commentaire final indique que quinze années ont passés et annonce - dès le prochain numéro - les aventures de Yataca en Afrique. 

Il précise, qu'Itza s'est mariée et que Téoti est devenu un vétérinaire de renom. Quant à Yataca, il devient responsable d'une réserve au cœur du continent africain.





Les aventures de Yataca (adulte) en Afrique (N°21 à 203)

À partir du N°21 (et du passage au petit format et au noir et blanc), Yataca est adulte, ses aventures africaines, sont la reprise de la série britannique Saber, king of the jungle. Quand les épisodes anglais seront épuisés, l'éditeur en fera réaliser des inédits par différents dessinateurs. Yataca est un personnage présentant désormais bien des analogies avec celui de Tarzan. Il est toujours accompagné d'Umbala, son fidèle ami noir, armé d'une hache auquel il tient beaucoup. En dépit de cette arme redoutable, il se contente d'assommer ses ennemis sans les blesser. Umbala est aussi un chef de tribu éclairé, qui lutte contre les superstitions de son peuple.Yataca est accompagné d'un minuscule singe, Chicky, qui certes l'aide, mais  fait également bien des bêtises. Exemple : Chicky libère Yataca et Umbala ligotés, parmi leurs ennemis endormis. Les deux amis s'éclipsent discrètement, quant Chicky voit un magnifique tam-tam et, en mélomane averti, l'utilise immédiatement... Cela a le don d'exaspérer Umbala, qui voue aux gémonies son libérateur.


Sources :

Voir également ici :


N°1


N°6



N°14


dimanche 9 mars 2014

Il est Minuit ... L'Heure des sorcières


Cette revue ne comporte pas de héros principal, il s agit de courts
récits mêlant horreur, fantastique et Science-Fiction.

Le point commun venant du fait que les histoires sont racontées par
les sorcières Mildred, Mordred et Cynthia.

Des récits dans la lignée des "Contes de la Crypte" délicieuses
d humour noir (pour les meilleures d'entre eux).

Dans le même registre, il y eut aussi une seconde série de 16 tomes : Il est minuit (2e série) et une version en grand format couleurs : Il est Minuit (Artima Color).

Pour tout savoir sur la série 1 : bedetheque - S1
Pour tout savoir sur la série 2 : bedetheque - S2


Editeur Artima dans la collection Comics Pocket.



Série 1




1 - 2 - 4 - 7 - 8 11 - 12 - 13

Série 2



1 - 4 - 5 - 7 - 8 - 9 - 10 - 14 

http://www.multiup.org/download/9c9bd3ced0320a9ff566e37b133e38f7/minuit.7z

Et enfin le N°6 (série2)
Un dl possible grâce à Segmovie
Merci Jacques  !!!!!!!

006-S2

mardi 4 mars 2014

L' encyclopédie Marvel de A à Z (marvel universe)

L'encyclopédie Marvel de A à Z (marvel universe) 

La 1ère série de 1983-1984 a été partiellement traduite par les Éditions Lug dans Strange Spécial origines, du N° 181 bis (1985) au N° 313 bis (1996). Les personnages peu familiers ou inconnus du lectorat français ont été éludés. Lug, et par la suite Semic, a entrepris une édition plus complète (bien que non exhaustive) dans des albums intitulés Encyclopédie Marvel de A à Z vendus par souscription. 


Malheureusement, la perte de la licence Marvel par Semic en 1996 a laissé cette collection inachevée.

C’est Jim Shooter qui a imaginé de publier un guide détaillés sur les super-héros Marvel. Le projet initial devait s’intituler The Marvel Super-Specifications Handbook et il avait été confié à Mark Gruenwald. Mark l’a alors développé pour qu’il englobe toutes les données de l’univers Marvel.

Mais le guide a été critiqué car il était trop détaillé, ce qui limitait la marge de créativité des scénaristes. Un argument rejeté par Gruenwald, puisque, selon lui, les informations présentées étaient simplement les 
plus récentes et étaient sujettes à d’éventuels changement. Peter Sanderson, le principal rédacteur du premier guide, a déclaré que « Mark a essayé d’étayer autant que possible les super-pouvoirs des personnages Marvel sur une base scientifique. Après la première version du Handbook, il a estimé que les explications avaient été trop poussées et m’a demandé de les simplifier. »

L’Official Handbook of the Marvel Universe présente une fiche détaillée sur chaque personnage, objet ou lieu significatif de l’univers Marvel. 

La fiche est généralement composée :

- d’un portrait en pied vu de face du personnage

- d’un texte décrivant son origine, ses pouvoirs et autres spécificités,   ainsi que des pseudo-statistiques telles que l’état civil, la taille,   le poids, etc. La première édition faisait le choix de décrire l’acquisition   du super-pouvoir plutôt que d’expliciter trop longuement comment il   fonctionnait. Dans l’appendice Book of the Dead (le livre des morts), le  guide fournissait en outre la biographie des personnages défunts, une tendance 
qui s’est généralisée pour tous les personnages dans la Deluxe Edition.   Des explications techniques sur les principaux équipements sont également  apportées par des plans de coupe.

- d’une illustration du personnage en action, tirée des comics.

Volume .1 
De "ABOMINATION à "CHAMPIONS OF XANDAR" (12/1987)


Volume .2 
De "CHARLIE 27" à "ENFORCERS" (12/1988)


Volume .3 
De "ETERNALS" à "IMPERIAL GUARD" (02/1990)


Volume .4 
De "IMPOSSIBLE MAN" à "MARAUDERS" (02/1992)


Volume .5 
De "MARINA" à "OLYMPUS" (02/1993)



Volume .6 
De "OMEGA FLIGHT" à "SASQUATCH" (06/1995)



Lien :
si MP demandé : ANACHO