jeudi 28 janvier 2016

Le Trou Noir

Adaptation en Bd du film réalisé par Gary Nelson (production Walt Disney Pictures) et sorti en 1979. Cette histoire avait été publiée auparavant dans "Le Journal de Mickey" dans la même année.

C'est une des oeuvres modernes de Jack Kirby parmi les moins connues et dont seule l'édition française en propose une version complète.

Il est certes possible de trouver des planches en anglais sur le Net, certaines en couleurs,d'autres en noir & blanc, mais rien de complet, loin de là, au grand dam des lecteurs anglo-saxons.





Résumé : Depuis que l’homme s’est rendu compte de l’immensité infinie de l’univers, il n’a cessé de rechercher des traces de vie extra-terrestre… Le vaisseau Palomino est en fin d’exploration d’une région inconnue de la galaxie. Ce 24 décembre, un vaisseau spatial se matérialise soudain sous forme d’hologramme au milieu de l’équipage ébahi. Il s’agit du Cygnus, un vaisseau-sonde disparu lors d’une mission quelque 20 ans plus tôt et qui maintenant se trouve au bord d’un trou noir, la force la plus destructrice de tout l’univers.



Le Cygnus ?… il était habité et son équipage dirigé par le docteur Reinhardt dont la fille d’un membre de l’équipage d’alors –Kate- fait partie de la présente mission. Le Cygnus est un témoin du passé et le commandant du Palomino décide de lui rendre une ultime visite.


Le vaisseau s’immobilise bientôt à côté de son « vieux frère », lequel s’illumine soudain. Y aurait-il encore quelqu’un à bord ?… L’équipe d’inspection, accompagnée du robot V.I.N.C.E.N.T. pénètre bientôt par un sas d’ouverture. Que vont-ils découvrir ? …














Production Disney atypique, née de la vague de science-fiction déferlant sur le monde à l’époque, Le trou noir est assez méconnu, malgré un casting bien pourvu, jugez plutôt : Anthony Perkins, Robert Forster (Jackie Brown) et  Ernest Borgnine (La horde sauvage, L’aventure du Poséidon).

Le trou noir est tributaire de nombreux récits de science-fiction, de façon on ne peut plus flagrante : beaucoup de Planète interdite pour la structure générale, Star Wars pour le décorum et les pistolets laser, et un brin de 20 000 lieues sous les mers... En secouant bien, vous obtenez le cocktail du Trou noir, auquel il faudra ajouter le côté mystique de 2001, l’odyssée de l’espace !!!!


Le terme « trou noir » a été inventé par le physicien américain John Wheeler en 1967, pour décrire une concentration de masse-énergie si compacte que même les photons ne peuvent se soustraire à sa force gravitationnelle. Un trou noir est, d'abord et avant tout, caractérisé par l'existence d'un horizon : c'est la surface sphérique dont même la lumière ne peut sortir, et en deçà de laquelle même cette dernière est inexorablement entraînée vers une singularité centrale. Les trous noirs stellaires se forment à l'occasion de l'effondrement gravitationnel de certaines étoiles massives qui explosent en supernova. On sait qu'il existe des trous noirs ditssupermassifs contenant de quelques millions à quelques milliards de masses solaires dans les galaxies, mais l'on necomprend pas bien comment ils se forment. Il pourrait exister des minitrous noirs issus des phases très primitives de l'univers à sa naissance.



Infos sur la bd :
Editeur : Hachette 
Année : Janvier 1980
Scénario & dessin : Jack Kirby
Couleurs : <Quadrichromie>
Dépot légal : 01/1980



Un partage et scan 
d'eloy68

Rajout (merci Doc Mars)

Un numéro double de CineFantastique de 1980
(en VO) consacré en majeure partie au film



cinefantastique

La bande annonce du film :



Trouvable Chez Muad :



18 commentaires:

  1. A l'époque j'avais trouvé que ce film "Disney" était une vraie bouse SF, d'ailleurs Micki ne s'est plus aventuré avant longtemps sur ce terrain du Space-Opera. Carrément pompé sur 20 000 lieues sous les mers, ce film a aujourd'hui un côté kitschissime nostalgique pas désagréable.
    Merci à Eloy68 et Maître A pour ce rappel de ma jeunesse et ce document.
    Mais qu'est-ce que Kirby est venu faire dans cette galère?
    Besoin d'argent très certainement ou obligation contractuelle, dommage pour lui! :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord ! Non seulement le Trou noir propose une histoire différente et moins space opéra que les déclinaisons de Star wars mais ce film possède un second niveau de lecture tout à fait intéressant.

      En effet, le sous-texte religieux est très présent :

      -Le Cygnus n'est ni plus ni moins qu'une cathédrale dans l'espace au bord de l'abîme (grand thème du film par ailleurs ; on pourrait transposer l'intrigue avec des marins voulant franchir un maelström).

      -Les tenues des gentils sont de couleur blanche, celle de Reihnart rouge. Ses séides sont clairement des damnés et Maximilian incarne le diable...

      Cela doit faire longtemps très longtemps que je n'ai pas revu un tel niveau de lecture hérmétique aux enfants, certes, mais totalement déductible par les adultes pour peu qu'ils revoient le film sous cet angle.

      Sinon, pour la bd, oui, c'est bel et bien le grand Jack Kirby qui en signe l'adaptation !


      Supprimer
    2. Oui c'est une théorie qui a couru surtout après l'échec financier du film, Disney aurait voulu faire un film "pour adultes" c'est pourquoi décontenancé le public n'y a rien compris. Les dirigeants ulcérés des recettes de SW ont voulu surfer sur le thème, le film Star Trek aussi se préparait.
      Les dessins de Kirby en noir et blanc (colorisés ensuite) devaient servir de campagne publicitaire dans les journaux américains comme pour Star Trek mais ils ne sont pas parus bien longtemps. L'édition française est complête.
      En 1980 Whitman comics pour le compte de Disney a édité 6 n° (dessinés par Dan Spiegle) dont quatre se passent après la traversée du trou noir. Les deux derniers ne sont parus qu'en Amérique du Sud!

      Supprimer
  2. Le film est sympathique, les acteurs sont plutôt bons et les effets spéciaux corrects pour l'époque, ce que j'ai surtout retenu c'est la BO du grand John Barry.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne me souviens pas si oui ou non j’ai vu ce film dans le passé, je vais le télécharger pour me faire une opinion. Si c’est une bouse (caca dans le dictionnaire) comme le dit si bien le Doc…il finira dans le tas de fumier….Oh là là, on se croirait dans « l’amour est dans le pré ». Merci au grand A pour la BD.

    RépondreSupprimer
  4. excellentissime comme toujours !!! merci ! Jack Kirby for ever !

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci à eloy68 pour son premier partage sans oublier Anacho pour sa belle fiche.

    RépondreSupprimer
  6. Critique subjective :

    La campagne de publicité de cette production de près de 17 millions de dollars, annonçait que le premier film pour adultes de Disney disposerait d’une histoire aux nombreuses références métaphysique qui pourraient mettre le film au niveau d'un 2001, l’Odyssée de l’espace. En fait les intentions des studios Disney étaient de proposer un produit qui pourrait satisfaire les fans de science fiction à une période ou les producteurs rêvaient d’arriver au niveau de Starwars. En effet, après la sortie du fameux film de Georges Lucas, il y eut une véritable explosion des films de science fiction : Galactica, Alien : le huitième passager, Star trek : le film. Malheureusement, une fois le tournage et la production (qui dura plusieurs années) terminé, le résultat ne fut pas au niveau des attentes du public excité par les promesses monumentales des producteurs et déjà émerveillé par d’autres film comme Alien qui disposaient d’une ambiance plus sombre que les « Space Opéras » dont nous parlions plus haut.


    Technologie, espace, métaphysique, ce sont autant d’ingrédients qui sont censés entrer dans la composition d’un film de science fiction. Si Gary Nelson, réalisateur du trou noir, a bien fait figurer ces éléments dans le film, leur niveau de traitement est bien insuffisant. Les trous noirs recèlent une singularité spatio-temporelle en leur centre : les lois de physique, telles que nous les connaissons s’effondrent. On aurait aimé que le film traite de certains concepts comme la dilatation et la suspension du temps. Que se passe t il donc dans ce trou noir ? La réponse donnée dans le film est bien insuffisante : les méchants brûlent dans le trou noir tandis que les gentils passent à travers ce tunnel et avancent vers la lumière… (Avouez que l’on est loin de la métaphysique du film de Kubrik…) Après cette dernière remarque, vous êtes tenté de dire que c’est niais ? Vous n’imaginez pas à quel point vous êtes proches de la réalité. Vincent, le petit robot qui parle, est une sorte de mélange entre C6PO et R2D2. De forme cylindrique, il vole et dispose de gros yeux qui lui donnent l’allure d’un personnage de bande dessinée. Les méchants robots du docteur ont vraiment l’air méchant avec leur démarche militaire. Maximilien, le bras droit du Docteur Hans Reinhardt a l’allure d’un diable rouge (je ne pense pas qu’il s’agisse là d’un clin d’œil à une équipe de foot belge).


    Et pourtant, malgré tous ses mauvais cotés, le film dispose d’un intérêt certain. Tout d’abord Gary Nelson fait quelques tentatives symboliques d'exactitude scientifique. Il dépeint l’apesanteur assez justement et fait quelques allusions à l’horizon événementiel des trous noirs. Ensuite, une fois l’aspect kitch des décors et des tenues digéré, force est de constater que les effets spéciaux sont assez bien réussis. Le vaisseau de Reinhardt, le Cygnus, est grandiose. C’est une sorte d’énorme structure mêlant le verre et l’acier. Les salles de commande sont immenses et les impressions de grandeur des pièces et couloirs particulièrement bien rendues. Finalement, le Trou noir est un film au scénario sombre et angoissant (si l’on met de coté les quelques fausses notes évoquées plus haut) qui a marqué de nombreux fans de Science-fiction qui l’ont vu au cinéma à l’époque de sa sortie en salle. Ce sera donc avec beaucoup de bonheur que ces derniers feront l’acquisition du dvd (à la condition qu’ils soient satisfaits par cette édition plutôt moyenne proposée par Walt Disney).
    vu sur http://www.dvdcritiques.com/Dvd/387

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins on aura de la lecture pour le week-end ;)
      Tout cela pour en arriver à essayer de nous vendre le DVD :12:

      Supprimer
    2. On peut dire que le niveau du débat est élevé et c'est plaisant d'avoir des échanges avec de tels arguments.

      Un bémol, toutefois, avec l'analyse publiée dans DVDcritique :

      " Que se passe t il donc dans ce trou noir ? La réponse donnée dans le film est bien insuffisante : les méchants brûlent dans le trou noir tandis que les gentils passent à travers ce tunnel et avancent vers la lumière… (Avouez que l’on est loin de la métaphysique du film de Kubrik…)"

      Faux ! Il s'agit d'un point particulier du film qui est souvent mal analysé ! Lors de la descente dans le trou noir, nous voyons le visage de chacun des personnages qui se trouvent dans le vaisseau. Le passage "religieux" se fait précisément quand la caméra zoom dans les yeux de Kate, le personnage qui se trouve être une télépathe/psychique. C'est à travers son esprit que l'on vit cette séquence qui n'a rien à voir avec la descente, à proprement parler, du vaisseau dans le trou noir.

      Voilà !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Que savait-on des trous noirs en 1979? Beaucoup moins qu'aujourd'hui ;)
      http://www.sciencesetavenir.fr/espace/astrophysique/20151117.OBS9665/qu-est-ce-qu-un-trou-noir.html
      La fin du film, s'il avait eu du succés, ouvrait la voie pour Disney à une série télévisée "Beyond the Black Hole" comme le montrent les comics parus en 1980.
      Un pack VO Black Hole avec:
      -le WD Showcase 54 (1980) qui est une autre adaptation du film (Whitman comics)
      -l'Annual 81 qui contient les n°3 et 4 de chez Whitman
      -WD Treasury Classics avec les bandes de Kirby
      http://jheberg.net/captcha/disney-black-hole-pack/
      Enjoy it!

      Supprimer
  7. Nouvelle livraison de Victoria.
    Salut à tous
    http://tebeosycomics.blogspot.com.es/2016/01/victoria-398-430-holandes.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que le lien ne fonctionne pas.

      Supprimer
    2. Ok c'est bon, maintenant ça fonctionne. Merci à Granada XV.

      Supprimer
  8. Rajout du numéro double de CineFantastique (1980) en VO consacré en majeure partie au film grâce à Doc Mars

    RépondreSupprimer