lundi 4 avril 2016

Superwest



La plupart des dessinateurs italiens font preuve d’une grande rigueur académique au niveau de leur graphisme, de l’anatomie. Manara, Giardino, Serpieri, Liberatore, Magnus… Tous sont les héritiers directs des grands peintres de la Renaissance. Leurs représentations des corps les inscrivent dans l’héritage plastique d’un Raphaël ou d’un Michel-Ange… Représentation charnelle de la matière, puissance des corps, pureté des gestes… Et il y a Mattioli ...

Lui, il s’exprime dans un genre purement humoristique et stylisé, à l’opposé de la représentation réaliste des auteurs sus-cités. Il s’inspire plutôt de l’art moderne et de la contre-culture (New Wave, cinéma bis… Dans son Superwest Comics, proposé aujourd'hui, il parodie Superman pour notre plus grand plaisir. il utilise des couleurs vives très Pop-art, détourne des images de films (souvent interdits aux mineurs) et s’amuse avec les codes de la bd (narration, séquençage…) afin de nous raconter six histoires plus loufdingues les unes que les autres, flirtant avec le « porno-gore-scato » et fortement jubilatoires.



Dans Panic in the city, Superwest tente de sauver les citadins d’un méchant scientifique qui transforme les trottoirs en sables mouvants.





Porno massacre porte bien son nom, Superwest enquêtant sur la mort d’une actrice…




Cartoons hold-up, un braquage organisé par Riri, Fifi et Loulou déguisé en Woody Wood Pecker, ou l’inverse… 





Scanner est une référence directe au film de Cronenberg.


Very hot dogs nous raconte l’histoire de saucisses tueuses qui sont en fait fabriquées à base de loup-garou. 


Et The Shadow raconte l’histoire d’une ombre tueuse dont seule l’idée lumineuse de Superwest arrivera à venir à bout.




Né en 1943 à Rome Mattioli puise son inspiration chez plusieurs classiques du nonsense, au premier rang desquels figure le Krazy Kat de George Herriman. Il lui emprunte les prémices immuables de ses histoires, sur lesquelles on brode à l’infini, et son goût pour bouleverser les codes de la bande dessinée. 















Il s’inspire également de B.C. de Johnny Hart dont il reprend les objets parlants et animés (fleurs, cailloux, caméléons, fourmis) donnant la réplique à ses personnages. Son graphisme qui doit beaucoup au dessin animé (Félix le Chat et Tex Avery) l’oriente naturellement vers un style de gag très visuel. Un peu mièvre à ses débuts, son œuvre s’est rapidement révélée plus adulte en incluant des éléments de gore et de pornographie. 



Les récits de Joe Galaxy s'inspirent fortement du Guide du voyageur galactique de Douglas Adams.






















Il débute professionnellement en 1965 dans l’hebdomadaire Il Vittorioso pour lequel il réalise plusieurs séries, Il Ragnetto Gigi, Ipo, Rita e Pino et surtout Vermetto Sigh qui raconte les aventures d’un surréaliste ver de terre.

En 1968, âgé de vingt-cinq ans, il arrive en France après un court séjour à Londres pendant lequel il a travaillé pour le magazine Mayfair. Il se présente d’abord chez Hara-Kiri puis chez Pilote où René Goscinny l’oriente vers Pif Gadget. Le journal pour la jeunesse, anciennement Vaillant, est précisément en train d’élaborer sa nouvelle formule.


Et oui il car avant  le Mattioli de Squeak the Mouse, SuperWest et Awop-Bop-Aloobop etc, il y a eu le Mattioli "soft" qui oui dessinait dans pif Gadget. Vous vous rappelez de  : M. le Magicien (dont l'intégrale est parue chez l'Association), les Tilts (Zoo Pazzo en collaboration avec Gomboli) ou encore Pinky (en fait le lapin rose, reporter, fut créé en Italie pour le magazine italien : Il Giornalino, dans lequel il est toujours publié). piqûre de rappel :







AUJOURD'hui SUPERWEST !!!








Scan par Zed

LIEN

Suivant la demande et les remerciements nous vous
proposerons  : Squeak The Mouse


Bon à la demande générale voici :






18 commentaires:

  1. Géant et inespéré !! merci infiniment !

    RépondreSupprimer
  2. Super Anacho !! :4:
    et Merci :8:
    Je veux bien "Squik ze maouze"

    RépondreSupprimer
  3. que du rare !!!
    fier de faire partie de l'équipe
    bon il est temps que je m'y mette
    jack

    RépondreSupprimer
  4. Par moi-même ! Incroyable ! merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne peut y en avoir qu'un .... Donc il y a un usurpateur quelque part :)

      Supprimer
  5. Superbe trouvaille et excellente fiche, Anacho ! :4:
    Ouvrage pas facile à dénicher de nos jours.
    Toujours autant de variétés dans ce blog et pour tout genre de public, du plus jeune au lecteur averti.
    Il me tarde de lire Squeak The Mouse, le Tom & Jerry revisité à la sauce Massacre à la tronçonneuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. job done ;) il me reste Joe Galaxy à scanner mais la bd est plus grande que le scan, donc je tenterai de le faire ailleurs....

      Supprimer
    2. Merci déjà pour ce super bonus !
       :11:

      Supprimer
    3. Pas la peine!!
      C'est fait pour Joe Galaxy par... jeanclode (???)

      Supprimer
  6. Formi, formi, formidable, merci grand maître A.

    RépondreSupprimer
  7. Rajout de Squeak the mouse. Pour ceux qui ne connaissent pas, ben, heu, comment dire, vous verrez bien .....

    RépondreSupprimer
  8. Mattioli semble s'être défoulé ici.
    Merci Anacho !

    RépondreSupprimer
  9. Purée, Squeak The Mouse, c'est hot ! mais c'est tellement bon ! merci les gars !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui assez gore-nichon mais effectivement tellement drôle, à ne pas laisser entre les mains des enfants tout de même :)

      Supprimer
  10. Ouh, merci, Pinky m'avait laissé une forte impression quand j'étais minot.

    RépondreSupprimer