mardi 21 juin 2016

Cyclone (suite)












Toni Cyclone, pilote de chasse et son mécanicien et ami Toto cambouis















Cyclone est une revue de bandes dessinées petit format paru aux éditions Arédit dans la collection Courage Exploit. 35 numéros au format 13 * 18 cm de mai 1974 à mai 1977. Récits mettant en scène Toni Cyclone et des récits complets d’aventures.

Je vous propose Cyclone n°27-30-31

Cliquez sur "plus d'infos"

Cyclone - 027 - Le commando d'Iwo-Jima

Cyclone - 027
 


Magazine LIFE du 09 Avril 1945

Marines U.S.(premier plan) font sauter une grotte
reliée à un blockhaus japonais sur Iwo Jima 1945.

C’est une image qui saisit la violence et la destruction pure inhérente à la guerre et est peut-être la plus graphique de toutes les publications dans LIFE : des Marines en couverture en Mars 1945 sur une colline d’Iwo Jima au milieu des restes brûlés de la jungle et devant un bunker japonais dynamité.
Un navire hôpital Américain au large de la plage de débarquement d’Iwo Jima en attente d’embarquement d’une partie des 15308 marines blessés pendant les quatre semaines de bataille.   

LE CHAMP DE BATAILLE D’IWO
Une île laide devient un mémorial des valeurs américaines.
Photographié par W.EUGENE SMITH 








De tous les endroits où les Américains ont combattu, rien ne ressemble plus au cauchemar d'un poète que le champ de bataille d'Iwo Jima : le laid, la tache sulfureuse nue de la terre où 4.700 Marines ont été tués ou disparus et où 15.308 autres ont été blessés. En une seule action offensive, depuis la charge de Pickett jusqu'à Hill Cemetery à Gettysburg, un si grand pourcentage de victimes n’a jamais été payé par des combattants américains. Sur le champ de bataille d'Iwo Jima la guerre du Pacifique a atteint un pic de férocité. Ce fut une terrifiante concentration de style de bataille, que les Marines ont appris de Tarawa à Palau et d'autres petites mais précieuses îles du Pacifique.
Sur huit « square-mile » d’Iwo, les hommes ont redécouvert, comme le Marine Correspondant S / Sgt. David Dempsey a écrit, «quelque chose qui a presque été oublié : Il y a des endroits où, pour faire le travail, il n'y a pas eu l'utilisation de largage de bombes et de tir d’obus: au lieu de ça vous devez envoyer des hommes, seul et prêt à mourir '' Les Japs étaient persuadés de garder Iwo Jima. Les Marines étaient encore plus persuadés qu’eux de conquérir Iwo Jima.
Après la fin des combats, le photographe de LIFE W. Eugene Smith, qui avait couvert l'ensemble de l'opération, est retourné sur l'île afin d'enregistrer les lieux célèbres de cette bataille historique. Ses images apparaissent sur ces pages.
Pendant un mois Iwo a été l'un des huit « square-mile » les plus densément peuplés du monde, avec 10.000 hommes au mille carré. Il est alors devenu l'un des cimetières les plus densément peuplés du monde, avec 20.000 morts Jap's et 4100 Marines morts. Mais Iwo a toujours semblé un endroit mieux adapté à la mort qu’à la vie. Son extrémité sud est un volcan de vapeur sulfureuse, à peu près aussi élevé (546 feet.) que « Little Round Top » à Gettysburg. Cela débute par un goulot d'étranglement avec de la poussière fine volcanique, puis monte vers un plateau à peu près aussi élevé que Cemetery Ridge à Gettysburg, où un peu d'herbe Kunai et des buissons de sel maladif croissent. A l'extrémité nord, il devient une jungle de pierres effondrées auréolée de nuages de vapeur de soufre.

Tout cela avait été terminé par les Jap's avec des milliers de casemates invisibles, de grottes  et de tunnels. Certains d'entre eux avaient jusqu'à 1.800 yards de long, avait 14 entrées. Des hommes courageux devaient y aller à la recherche des Jap's, risquant leur vie pour des casemates. Plus de la moitié des troupes d'assaut en a été victime."Parmi les Américains qui ont servi sur l'île d’Iwo», a déclaré le communiqué final de l'amiral Chester Nimitz, «le courage rare était une vertu commune."

Depuis ce blockhaus en face de la crête surplombant la plage de débarquement des Marines, un 4.7 gun  et un Jap mort (gauche) tiraillait sur tout ce qui bougeait.

La photo ci-dessus qui montre la plage à travers l’ouverture d’une casemate montre le seul endroit sur Iwo où les Marines pouvaient toucher terre. Les Marines le savaient. Alors les Jap's ont placé des blockhaus de telle sorte que tous les Marines qui ont débarqué sur la plage étaient à la merci de leurs canons.
Il y avait plusieurs casemates comme celle-ci et de nombreuses grottes. Certaines grottes avaient des centaines de pieds de profondeur dans la roche. Les armes et mortier Jap's sortaient de l’entrée de la grotte, tiraient quelques coups de feu, et rentraient à nouveau. Quand  les Marines envahissaient une grotte, les Jap's se battaient jusqu’au bout dans les creux et recoins ou s'évacuaient par une sortie arrière. Ces Jap's étaient anormalement grands, souvent de six pieds de haut, la crème de l'armée Jap's.

Celui-ci comme tant d’autres a été pris par des Marines à coup de grenades, de lance-flammes, de charges explosives parfois aux prix d’une compagnie entière. 
Leur commandant le Lieutenant-Général Tadamichi Kuribayashi déclara : Cette île est la ligne de front qui défend notre continent, et je vais mourir ici. "Il l'a fait, menant une charge à la fin de la bataille.
Trois divisions de Marines, tous sous les ordres du Lieutenant-Général Hollande M. ( Mad Howlin ) Smith, ont débarqué sur la plage sud entre le 19 et 21 février: "Erskine’s 3rd", "Cates's 4th" et "Rockey's 5th". La bataille a presque été perdue le premier jour, mais le 23 février la 5ème Division pris d'assaut le volcan. Le 27 le général Smith pensait que les combats seraient terminés en quelques jours. Six fois la 4ème Division conquis le nord de la colline 382 ( "Meat Grinder '') et cinq fois l’a perdue. La sixième compagnie qui avait essayé a perdu six commandants de compagnie et a cessé d'exister en tant que compagnie, mais elle a pris la colline 382. Il a fallu attendre le 15 Mars pour que le drapeau américain soit hissé sur toute l'île et que la loi des Jap's soit légalement exclue, dans les îles Volcano, de la préfecture du Japon Tokyo. Tout se termina avec l’apparition soudaine de 26.200 Jap's qui envahirent  le terrain d'aviation avant d’être tués.
  • Photo de gauche: Ceci était probablement Le quartier général de la colline 382 avec ses murs de cinq pieds d’épaisseur. Finalement un tank ouvrit une ouverture. Une charge explosive l’élargit et un lance-flamme nettoya l’intérieur. 
  • Photo de droite: La Colline 382 sur le flanc gauche est tenue fermement par les Jap’s pendant les « five bloody days » et de là ils ont ratissé toute la position Américaine. Maintenant, son sommet est jonché d'arbres banyan brisé.
Iwo Jima a transmis un sentiment maussade de souffrance à tous les Américains qui l'ont vu pour la première fois. Le froid, les vents humides chargés de fines poussières volcanique, le flamboyant soleil tropical, l'odeur « d'œuf pourri » du soufre, les chauves-souris appelées “slit faced” et “trumpet-eared”, tout cela combiné pour que les Marines estiment avoir établi une tête de pont en enfer. Les 20.000 Jap's qui y sont morts, ainsi que les quelques dizaines qui ont été faits prisonniers, ont fait tout leur possible pour confirmer cette impression. Les Forces aériennes et la Marine ont essayé en 74 jours de bombardements et trois jours de tir d’artillerie de pulvériser les Japs mais ils s’en sont sortis  relativement indemne dans leurs fortifications jusqu'à ce que les Marines sont venus les en délogé en personne. Les Jap's ont parfois combattu en uniforme de Marines morts et sortaient furtivement la nuit afin de piéger les corps des morts américains.
  • Photo de gauche: La « Meat grinder hill » occupe une place en haut de l'amphithéâtre. Ici les marines ont chargé encore et encore. C'était la plus haute colline sur l’extrémité nord. Les taches foncées sont des entrées de caverne qui cachent la mort.























Des Marines font exploser une grotte connectée avec le blockhaus en haut à gauche. L’homme de droite est simplement penché sur le détonateur.
  • Photo de gauche: Des caisses de munitions U.S. La défense des Jap’s était habile. Ils pratiquèrent des charges kamikazes fructueuses.   Les Marines y trouvèrent de nombreux Jap’s morts. 
  • Photo de droite: Sulphur Springs bouillonnent en dessous de la 3ème Division. Des Marines ont chauffé leurs rations dessus. Toute l’île crachait, chassant les Jap’s en dehors de leurs grottes trop chaudes pour eux. 
Les morts US et les blessés sur Iwo étaient plus mutilés que d'habitude parce que la plupart des victimes étaient due aux tirs de mortier. Même les médecins ont subi de lourdes pertes parce que toute l'île était en permanence à portée des deux adversaires. Quand une unité n’avait aucun endroit où aller après la relève elle séjournait simplement dans ses tranchées, et laissait une autre unité combattre.
Il n'y avait que deux choses agréables ou utiles sur Iwo. L'une était une argile rouge qui a fourni une bonne surface pour la piste d’avion. L'autre était une petite fleur pourpre rampante. Mais les Jap's jalousaient la perte de ce fragment inhospitalier de terre. L’acceptation de la défaite totale est finalement venue de la radio de Tokyo: "Les Marines américains ont progressivement pénétré les bastions japonais et par conséquent, les communications ont plus ou moins tendance à s’arrêter."

Le coté sud du volcan Suribachi où plusieurs Jap's se suicidèrent en se jetant dans la mer. En avant plan des Marines sont en train de nettoyer la plage huit jours après le débarquement. 

Iwo Jima, ce lieu de violence, est né dans la férocité il y a 10.000 ans quand il a été soufflé sur le fond de l'océan. Le Japon l’annexa en 1891. Deux autres îles, au nord et au sud de celle-ci, ont explosé un peu plus en hauteur, mais seul Iwo a développé un plateau aplati. Il se trouve au nord du volcan Suribachi indiqué ci-dessus. Une autre île a surgi à proximité en 1904, et a disparu en 1906.
La majorité de l'île peut être vue du côté sud à partir de la photo aérienne ci-dessous. « Farthet airfield » ou « Motoyama One », est la piste pour bombardier qui a dû être agrandie pour un usage U.S. A côté, sur le bord du plateau, est situé « Motoyama Two », probablement destiné aux combattants. Près de ce champ un troisième endroit sur le plateau a été nivelé par les Jap's. La colline 382 se trouve au-delà de Motoyama Two surplombant la rive dans le centre de l'image. La fumée provient des sources de soufre. Les ruines des villages de Montoyama, Hagashi (Est) et Minami entourent l'aérodrome central, mais tous les civils d'avant-guerre avaient été évacués.

Les Marines ont combattu depuis les plages, à travers le goulot  et du plateau jusqu'au bout de l'île. Les derniers points de résistance se trouvèrent à l'avant-plan. 

Le cimetière de la 5ème Division où une grande partie des hommes de la division sont décédés. Des Marines sont en train de lire le nom des camarades morts. Dans un de ces tombeaux se trouve le Sgt John Basilone, décoré de la médaille d’honneur du congrès, mort l’après-midi du D-Day après avoir fait sauter sur la plage cinq blockhaus. Les Marines morts resteront probablement enterrés ici, si Iwo reste Américain. 
Atterrissage d'urgence sur l'aéroport d'Iwo d'un B-29 Superforteresse après un raid de nuit sur Tokio. 

Affreux fut le prix de la prise d'Iwo Jima, il a fallu faire un long chemin pour arriver aux portes du Japon. Les Marines ont donné à leur pays une forte épée contre l'ennemi et ont ainsi sauvé de nombreuses vies d'autres Américains. Sur Iwo les grands bombardiers peuvent se ravitailler et décoller pour le bombardement jusqu’aux limites du Japon. Une flotte de chasseurs peut protéger les bombardiers, soutenir les actions de la flotte américaine et les débarquements amphibies dans la mer de Chine orientale.

L'étape de 725 miles depuis Saipan. Le B-24 fait partie de ceux qui pendant la bataille apportèrent le ravitaillement. Depuis Iwo, les B-24 savent bombarder efficacement le Japon. 
La capture d'Iwo a deux avantages immédiats. Il élimine les radars Jap's situés en avant-poste qui avertissaient de l’approche des bombardiers américains en route vers le Japon. Et la semaine dernière plus de 50 B-29s, sur le chemin de retour du Japon, se sont posés sur l'aérodrome d’Iwo. Sans Iwo, ils se seraient abîmés dans l'océan, car l’aérodrome de Saipan se trouve encore à 725 miles. Ce qui signifie 500 hommes américains et 30.000.000 $ en armes de sauvé. Les marines ont acheté et payé pour ces hommes et ces armes. Iwo est ainsi devenu la plus récente de cette vaste collection de bases aériennes américaines de Baffinland à l'île de l'Ascension, du golfe Persique jusqu’en Chine. Les U.S.A. n'ont encore donné aucune indication si elle envisage de garder Iwo après la guerre. De retour d'Iwo la semaine dernière, Robert E. Sherwood, assistant spécial temporaire pour le Secrétaire de la Marine, a déclaré: «j’espère et je prie pour que nous puissions tenir les îles pour lesquelles nous avons payé, pour gagner, un prix si énorme."
Après la guerre, le champ de bataille torturé d'Iwo ne peut pas devenir une attraction touristique attrayante. Car pour les Américains, il aura toujours la majesté éternelle. Ici, des hommes américains ont marché régulièrement  vers leurs tombes pour une cause qu’ils n’ont jamais accepté d’abandonner.

Cyclone - 030 - Raid audacieux

Cyclone - 030

Cyclone - 031 - Sabotages au Japon

Cyclone - 031


12 commentaires:

  1. Super Prof a encore frappé comme un B52 avec une fiche Cyclonique bourée de détails et d'anecdotes sur la guerre du Pacifique (qui portait vraiment son nom en ce temps-là) ensoleillant ma journée.
    Mille mercis, mon ami
    Il ne reste plus bézef de liens pour downloader mais on y arrive :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Doc, il ne reste plus que trois liens valides. Si quelqu'un a des difficultés à TL, qu'il le signale.
      Les archives de LIFE sont une source de récits extraordinaires...mais ça donne beaucoup de boulot pour la traduction et de recherche d'un sujet intéressant.

      Supprimer
    2. J'avais oublié de préciser qu'un mile carré (square mile) est égal à 2,6 km² ;)
      Iwo Jima a une surface de 21 km², petit pour l'enfer que cela a été

      Supprimer
    3. Le bilan, lors d'une bataille, de 24000 morts (japonais + américains) sur 21 km² doit consister un record en terme de perte humaine par km².

      Supprimer
    4. Je crois malheureusement que l'on a fait plus fort en 1917 dans la Somme, sans oublier Verdun.

      Supprimer
  2. je confirme excellente fiche ! Je me répète à chaque fois, mais c'est la vérité vraie :) Merci Lulu !!!!

    RépondreSupprimer
  3. On se plaint du temps, mais vaut mieux recevoir sur la tête de la pluie, des orages et de la grêles (prévue) que le soleil et les obus d'Iwo Jima...ou comme ce matin l'arrestation à Bruxelles d'un kamikaze avec une ceinture d'explosifs.

    RépondreSupprimer
  4. Toujours des dossiers de pro. Toi aussi, Tonton Lulu, tu vas rentrer un jour dans l'Histoire !

    RépondreSupprimer
  5. Magistral! Récit épique, et quel beau travail de synthèse et d'écriture! Merci!
    Fabien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'ose pas toujours l'avouer mais on adore les compliments. Merci Fabien.

      Supprimer
    2. C'est ben vrai tout ça !! :8:
      31° encore... on entend une cigale, la première de l'été

      Supprimer