vendredi 17 juin 2016

Paras



 

LE CINÉ-ROMAN

Raconter un film comme une bande dessinée, c'est-à-dire dans un style narratif tout à fait similaire et en incorporant des ballons : tel est le concept du ciné-roman, un genre populaire de création italienne, très en vogue dans les années soixante mais aujourd'hui totalement disparu. Durant la glorieuse décennie 60, quatre grands éditeurs italiens inondent à eux seuls le marché français : Franco BOZZESI, Arturo MERCURIO (éd. Lancio), G. PONZONI (éd. Victory, de Varenne, puis Edisirio) et ROVELLI (éd. La Torraccia). Le mélo, italien de préférence, le western et, à des degrés moindres, le film de guerre, de cape et d'épée, le péplum et le fantastique approvisionnent les kiosques. MERCURIO a une prédilection pour le mélo ("Ciné Succès", "Ciné Sélection", "Toi et Moi, "Avec Toi"), PONZONI verse aussi sa part de larmes ("Votre Roman hebdomadaire", "Photo Roman", "Hebdo Roman") et cible un public masculin avec le western, créant en 1958 "Photo Aventures" (puis, "Western Aventures", "Les Récits du Shérif", Cow-Boy Magazine" et "Far West Magazine"), s'essaie aux films de cape et d'épée ("Aventures de Cape et d'Epée"), lance une intéressante série de films de jungle, "Jungle Film" en 1960, publiant un grand nombre de films avec Johnny Weissmuller. Des collections de poche éphémères se sont vouées à la guerre ("Attaque" et Paras"), sans oublier les 2 numéros fantastiques de "Wampir" (le 3e, trop mythique pour exister ?, a été interdit par la censure gaulliste). Quant à La Torraccia, elle se distingue par ses grands formats ("Roman Film d'Amour et d'Aventures"), dont les célèbres "Roman Film Color", seule tentative de la couleur dans les ciné-romans (mais pas pour toutes les pages).




Paras - 7° bataillon de choc (éditions Ponzoni)

Lien:Paras - 007
 Major Matt McCormack (Mike Connors) et ses hommes se retrouvent sur l'île de Baluyanna avec une mission très importante. Suite à l’invasion par les Japonais des Philippines,  Matt et ses hommes doivent détruire une base américaine pour s'assurer que les Japonais ne mettent la main sur des papiers importants qu’ils ont laissé sur la base. Matt et ses hommes savent que leur mission est importante mais que c'est aussi une mission suicide. Ils noient leur chagrin dans un bar avant qu'ils aient à faire ce qui doit être fait,....la suite dans le photo-roman ci-contre.


Le ciné-roman 7° Bataillon de choc est tiré du film "Suicide Battalion (1958)"

Director: Edward L. Cahn
Writers: Lou Rusoff (story), Lou Rusoff (screenplay)

Stars: Mike Connors, John Ashley, Jewell Lain 




« Bataillon Suicide » commence avec des images issues des reportages de guerre ce qui doit immédiatement nous alerter sur le fait qu'il s'agissait probablement d’un de ces films de guerre à petit budget des années 50. On nous présente l'emplacement, l'île de Baluyanna, et comme c'est souvent le cas, cette île aux Philippines s'avère être fictive. Le  film aurait pu être bon s’il avait été fondé sur un fait réel,  il semble être un travail complet de fiction.

Le tout se résume à un de ces films de guerre oubliable fabriqué à partir des années 1950 et destiné à un public jeune qui pourrait  bénéficier de la faible profondeur du beau jeune soldat dont le comportement se résume à la façon dont il  se  comporte lorsque qu'il marche dans un bar avec dedans des jolies femmes. 




Mannix est une série télévisée américaine en 194 épisodes de 50 minutes


Mike Connors s'est particulièrement fait connaître grâce à la série TV Mannix.
Joe Mannix est détective privé en Californie, à Los Angeles. Vétéran de la guerre de Corée, Mannix a une secrétaire, la veuve d'un policier, Peggy Fair. Ce détective conduit toujours de belles voitures et il n'hésite pas à se raser en même temps qu'il tient le volant. Bref, la série "Mannix" s'est appuyée pendant huit ans sur une trame très classique, mais efficace, du privé, célibataire, baroudeur quoique gentleman avec les femmes. 


19 commentaires:

  1. Beau comme un para !! :8:
    https://www.youtube.com/watch?v=eO56y4i9kJQ
    Tous debout avec Sgt Lulu!!
    Merci, il est temps de sauter
    :70:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le film est kitsch...mais alors que dire de ta chanson des paras!!! ...il n’y a qu’eux qui apprécieront. Tous à l'assaut mit Unterfeldwebel Lulu.

      Supprimer
    2. Cela rappellera de bons souvenirs à ceux qui ont fait le service militaire ;)

      Supprimer
    3. Planqué va...11 mois en Allemagne moi monsieur...j'avoue que c'était au QG...le matin c'était bonjour mon colonel, bonjour mon général, un petit café pour bien démarrer la journée?...j'en ai bavé avec cette machine à café.

      Supprimer
    4. Et le Doc, 12 mois au service médical off course :)
      à ramasser ceux qui s'étaient gamelé lors du premier saut ou du second...

      Supprimer
    5. Planqué va : Non ! choix assumé ! pas possible pour moi, je suis allergique au kaki et à la ratatouille en boite. Les rangers font mal aux pieds (j'ai toujours préféré les Doc Martins :) ) et le casque il sert trop la tête ....

      Supprimer
    6. Attention grand Maître A, tache de ne pas irriter notre ami Fana-Mili. Je te rappelle qu’il a été artilleur para dans une compagnie de canons de 155 mm. S’il te plait pour ta propre sécurité...ne contrarie pas ce garçon avec tes propos anti-militariste.

      Supprimer
    7. Loin de moi cette idée, disons plutôt que ce n'était pas fait pour moi, et entre nous, mon beauf avec qui je m'entends super bien est un ancien militaire de carrière alors tu vois :) ! allez bonne journée (pluvieuse ?) à tous et toutes !!!!

      Supprimer
    8. Non, non sous le ciel gris sans pluie et 31° prévus !!! ;)
      Le SM, incontournable institution française, je parle du service militaire, grands cochons, était difficile à fuir à mon époque, d'autant plus si on voulait faire carrière dans la fonction publique, objecteur de conscience pas possible sauf partir au Canada :)

      Supprimer
  2. Mais comment faites vous pour dénicher des trucs pareils ? ! merci je vais découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’ose pas le dire qui me l’a refilé…mais c’est quelqu’un de ce blog...il parait qu’il adore ça...pauvre garçon.

      Supprimer
    2. Je me demande qui ça peut bien être .....

      Supprimer
    3. Vraiment, je ne vois pas :95:

      Supprimer
  3. Une curiosité, pour sûr ! Merci mon lieutenant ! Si mon séjour (5 ans tout de même) à l'ombre des canons de 155 (artillerie parachutiste) appartient au passé, je ne me lasse de ce type de "documents", aussi désuets (et naïfs) soient-ils.

    Fourmis rouges, en avant. Merci encore !

    Fana-Mili

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le refrain de "debout les paras"
      Parachutiste, voit le ciel est clair
      Serre les dents, il est temps de sauter.
      Le stick est prêt, le stick est prêt,
      Tout le monde ira, tout le monde ira.
      Pas un ne se, pas un ne se, dégonflera.
      Parachutiste, voit le ciel est clair,
      Serre les dents, il est temps de sauter.

      Supprimer
    2. Trop beau!
      On dirait du Victor Hugo :8:

      Supprimer
    3. Je vois que vous êtes tous prêts pour un engagement de longue durée. Au vu de votre expérience, vous serez certainement de hauts gradés... (‾◡◝ )

      Supprimer
    4. Haut gradé? Trop tard pour moi ;)
      Même plus dans la réserve :8:

      Supprimer