jeudi 22 septembre 2016

La Pub dans les magazines WWII

Suite du sujet de la pub dans les PF mais concernant ici la pub dans les magazines durant la seconde guerre mondiale.



Pendant la Seconde Guerre mondiale, le géant automobile BMW avait exploité plus de 50.000 travailleurs forcés, prisonniers de guerre ou personnes issues de camps de concentration (notamment le camp d'Allach), parfois jusqu'à la mort, pour fournir des moteurs et des armements au Troisième Reich. 

Sans scrupule les  propriétaires de l'usine d'accumulateurs AG Afa (future Varta), les industriels Günter Quandt et son fils Herbert sont devenus un rouage incontournable de la machine de guerre nazie. Les usines tournent à plein régime. Sous-marins et bombardiers sont tous équipés d'accumulateurs sortis du site de Hagen, près de Hanovre. Le personnel est fourni par les camps de concentration de Stocken et travaille sans protection. Günter Quandt utilise aussi sans scrupule ses relations pour se débarrasser de ses concurrents. Les entreprises de Juifs sont «aryanisées» et les non-Juifs contraints de céder leurs actions à Quandt. Ceux qui résistent, comme l'industriel luxembourgeois Laval, sont arrêtés. A la fin de la guerre, Günter Quandt figure sur la liste «M» (pour Mitläufer, ou sympathisant), moins compromettante, dressée par les Alliés. A la différence d'autres grands patrons du IIIe Reich, tels que Flick ou Krupp, Quandt ne sera pas inquiété par la justice alliée. Les documents, pourtant accablants, qui se trouvent en possession des Britanniques ne sont jamais parvenus aux juges de Nuremberg.

Mercedes participe activement à l'effort de guerre. Dès le début des années 1930, la production et les bénéfices explosent : outre les voitures particulières essentiellement utilisées par les haut dignitaires nazis, des pièces et modèles d'avions de chasse, de tanks ou de sous-marins sortent des usines du groupe. Une fois la Seconde Guerre mondiale déclenchée, la production est rendue possible par l'utilisation de travailleurs forcés, de prisonniers de guerre et de déportés. La main d'œuvre, d'abord française puis essentiellement soviétique, évolue dans des conditions épouvantables. Certains périssent, d'autres vivront l'enfer dans les camps de concentration.






 Pour les entreprises de l'Allemagne nazie, la guerre a été une source de profit exceptionnelle. La General Motors et Ford ont fait des bénéfices énormes. Opel et Ford-Werke, leurs filiales allemandes, ont contribué à la construction de véhicules militaires pour la Wehrmacht et d'avions pour la Luftwaffe. Texaco et Standard Oil ont participé à la livraison de carburant pour les chars et les avions.











Parue pendant la Deuxième Guerre mondiale, cette publicité est intéressante du fait qu’on n’y voit aucune image d’automobile, seulement un moteur et un champ de bataille. Elle met l’emphase sur l’utilisation des moteurs V-8 de Cadillac utilisés dans les chars d’assaut américains qui livrent bataille en Europe. Mise à part l’intention évidente d’associer la marque au patriotisme et à l’effort de guerre, la publicité suggère également que Cadillac a droit à une reconnaissance spéciale pour son rôle dans le conflit mondial.















Reconversion de la production d’avion de chasse en  Scooter Messerschmitt (1957). On peut remarquer que le sigle est resté le même!



Pontiac est le constructeur qui  produit le plus gros volume de torpilles d’avions, les armes les plus meurtrières de la mer et les plus difficiles à faire. La publicité de Pontiac en 1943 annonce "Construire rapidement  et construire bien! Construire des torpilles d'avions ce que les responsables de la marine décrivent comme un “slippery messenger of Death (messager glissant de la mort)"


"Il y a trois ans, l'attaque sournoise sur Pearl Harbor a trouvé l’Amérique préparée à défendre ses droits.»
Commente cette annonce de Cadillac en 1944."Pourtant, même au début», explique la copie,
 "Cadillac en était à sa troisième année de  construction de moteurs d'avions à usage militaire.
 Le moteur Allison est utilisé pour équiper des combattants puissants comme le Lightning, le Warhawk,
 le Mustang, l'Aircobra et le nouveau Kingcobra.” «En plus de notre travail sur le Allison qui inclus
plus de 57,000,000 heures de travail de production de précision, nous avons aidé les
 "Army Ordinance engineers" dans la conception du M-5 Char léger et le M-8 Howitzer."




Le joyau de Detroit est l'usine de bombardier construite par Ford à Willow Run à 27 miles de Detroit. En 1944, ils employaient 42.000 personnes qui sortaient un bombardier B24 par heure. L'Axe peut compter sur l'existence de “a Ford in their Future.”

7 commentaires:

  1. Merci pour ces illustrations? j'aimerai en voir plus souvent.
    Une parfaite illustration du rôle mortifère du capitalisme et de l'exploitation patronale.
    Eh oui, les Etats-Unis n'ont jamais déclaré la guerre à l'Allemagne nazie ; le patronat dans son ensemble non plus d'ailleurs.

    L'AI

    RépondreSupprimer
  2. Exemple de collaboration de l'industrie avec les nazis:
    - Lorsque l'Allemagne a voulu identifier les Juifs par leur nom, IBM lui a montré comment faire. Lorsque l'Allemagne a voulu se servir de cette information pour mettre en place des programmes d'expulsion sociale et d'expropriation, IBM a fourni la technologie.
    - les institutions financières des Etats-Unis d´Amérique comme Chase National Bank et National City Bank of New York, avaient continué d´investir dans l´industrie d´armement allemande après l´arrivée de Hitler au pouvoir et pendant la deuxième guerre mondiale.
    - les plus grandes entreprises des USA pendant la deuxième guerre mondiale avaient leurs propres usines de fabrication du matériel de guerre en Allemagne nazie et dans les pays occupés. Par example: ITT, Ford, General Motors, Standard Oil of New Jersey, etc.

    RépondreSupprimer
  3. Une belle recherche iconographique et un sujet passionnant. Merci pour cet éclairage qu'on pourrait juger sidérant.

    RépondreSupprimer
  4. Nous ne sommes que des fourmis insignifiantes, des numéros, face à ces multi-nationales qui régissent le monde. on veut nous faire croire le contraire mais je n'y crois pas une seconde. Merci pour l'article.

    RépondreSupprimer
  5. Très instructif, cher Lulu !
    Et belle remise en perspective d'une finance sans foi ni loi, uniquement dirigée par et pour le profit.

    RépondreSupprimer
  6. Exemple du cynisme de la finance: le 2 septembre 2016, La direction de Caterpillar a pris la décision de fermer complètement le site de Gosselies où travaillent quelque 2200 personnes...mais, un complexe montage fiscal passant par la Suisse a permis à Caterpillar de dévier pour huit milliards de dollars de profits des Etats-Unis vers la Suisse entre 2000 et 2012.

    RépondreSupprimer
  7. Un article effectivement des plus instructifs. Même si nous ne sommes pas tous des plus naïfs, cela reste édifiant. Merci Tonton Lulu ! :18:

    RépondreSupprimer