lundi 17 octobre 2016

Buck John (suite)










 

Buck John - 613 fascicules pour le sheriff d’Alkali-City (Texas) de Septembre 1953 à Juin 1986. Au Format 13x18. Il y a également 99 recueils (réédition des fascicules) avec 8 numéros inclus. Bimensuel de poche de 68 pages. La revue devient mensuelle au n°443 en passant à 132 pages. Ce petit format donnera en histoire secondaire des BD de qualités, pour exemple Kit Carson à partir du Buck John numéro 27. Un sheriff intègre qui fait respecter la loi dans un Texas ouvert à tous genres de banditismes. Il endossa un surnom bien Français «Le Bayard du Far-West». « BD d’Origine Anglaise ». Buck John est la plus grosse série Western des Editions Imperia.
Cette collection en petit format est un chef d'œuvre des Editions IMPERIA. Il est inutile que je vous parle du rôle d'un shérif au Far-West, mais Buck était vraiment un as dans le genre. Avec son accoutrement légendaire et son étoile sur le torse. Il est le shérif de la petite ville d’Alkali-City au Texas.
Sa fidèle monture, le cheval « Silver » est son
 compagnon dévoué pour toutes ses aventures. 
Le vieux Bob son suppléant est aussi un être grincheux mais un fidèle ami. 


Buck voit le jour en 1933 dans les pages de l'hebdomadaire Anglais a « Film Fun » et apparaît en 1949 dans « Comet » sous le nom de Buck Jones. En 1950 il est membre à part entière de la série « Cow-Boy Comics ».
Buck Jones - 299 (anglais)
Buck Jones - 007 (anglais)


Beaucoup de dessinateurs ont travaillés sur cette série, il n'est pas toujours facile de si retrouver. Des dessinateurs Anglais, bien sûr, dont un monsieur très connu « Geoff Campion ». En 1952 Buck John s'installe en France pour une très longue période. Les dessinateurs Français, Espagnoles et Italiens reprennent la relève pour les Editions IMPERIA.

Charles Frederick Gebhart alias Buck Jones (1891-1942)

Buck Jones a été l'un des plus grands acteurs de film séries  « B ». western. Après la première guerre mondiale, lui et sa femme, Odelle Osborne se sont installés à Hollywood, où Jones a travaillé dans un certain nombre de westerns mettant en vedette Tom Mix et Franklyn Farnum . Le producteur William Fox a mis Jones sous contrat et l’a promu comme nouvelle star. Il a utilisé le nom de Charles Jones au début, puis Charles "Buck" Jones, avant de se fixer sur son nom de scène permanent. Il a rapidement gravi les échelons de la célébrité en jouant un héros plus digne, moins voyant que Mix, sinon aussi austère que William S. Hart .
Arizona Bound (1941).
No one messed with these hombres
(ci-dessus, de gauche à droite ) : Buck Jones ,
Tim McCoy et Raymond Hatton 



Avec son célèbre cheval d'argent, Jones a été l'un des acteurs les plus réussis et populaires dans le genre, et à un moment, il recevait plus de courrier de fans que tout autre acteur dans le monde. Un mois après l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale, Jones a participé à une tournée de vente de bon de guerre. 
La célèbre boîte de nuit Coconut Grove, le lendemain
 après l'incendie qui fit plus de 500 tués. 
Le 28 Novembre 1942, il était invité par des citoyens locaux de Boston à la célèbre boîte de nuit Coconut Grove. Le feu a éclaté et près de 500 personnes sont mortes dans l'une des pires catastrophes. Jones a été horriblement brûlé et est mort deux jours plus tard. Bien que la légende raconte qu'il est mort en retournant dans  l'incendie afin de sauver d’autres personnes (une histoire probablement inventée par le producteur Trem Carr pour une raison quelconque), la preuve réelle indique qu'il a été piégé avec tous les autres et qu'il a succombé comme la plupart, en essayant de s'échapper. Il reste, cependant, le héros de milliers de fans qui ont suivi ses aventures cinématographiques.
Il a donné l'autorisation pour que son nom soit utilisé dans une série de bande dessinée qui a ensuite été reprise par le Dell Publishing House. La série a été une source de revenus pour les besoins de sa femme Odille.

Buck John - 067
Buck John - 428

Buck John - 046
Buck John - 081


Une excellente première fiche sur ce sujet nous a été fournie par Doc Mars:
http://bdvintagerares.blogspot.be/search?q=buck+john

Merci à Pierre, il se reconnaîtra.
Merci aux  scanneurs/retoucheurs/traducteurs/éditeurs pour ces BD.
Bonne Lecture

6 commentaires:

  1. Excellente deuxième fiche ;)
    Merci beaucoup à Lulu et Pierre !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces nouveaux numéros, shérif Lulu.
    Une belle série western que j'appréciais étant môme.

    RépondreSupprimer
  3. 2 western de Buck Jones en VO ;)
    https://www.youtube.com/watch?v=960fbiiLPyY
    https://www.youtube.com/watch?v=DOqLzKx1_VY

    RépondreSupprimer
  4. 'Le premier qui m'emmerde, je lui fout une balle entre les deux yeux'.
    Un vieux cow-boy, qui en a vu beaucoup d'autres, lui dit très calmement :
    'Lime ta mire...'.
    Le jeune ne comprend pas, sort du saloon mais revient le lendemain, le
    surlendemain, tous les jours de la semaine qui suit et, à chaque fois, lance :
    'Le premier qui m'emmerde, je lui fout une balle entre les deux yeux'.
    Le vieux cow-boy, toujours aussi calme, lui dit toujours :
    'Lime ta mire...'.
    Au bout de 10 jours, le jeune cow-boy demande au vieux cow-boy :
    'Pourquoi me dis-tu toujours 'lime ta mire?'
    - Parce que, moi aussi j'ai été jeune. Moi aussi je suis entré dans un saloon,
    comme toi, et moi aussi j'ai dit des conneries comme les tiennes. Et puis un
    jour, un groupe de vieux cow-boys m'a sauté dessus, ils m'ont pris mon flingue
    et me l'ont enfoncé dans le c...
    Alors, un bon conseil : lime ta mire !'.

    RépondreSupprimer
  5. très bonne la blague de la mire...
    Merci pour le partage
    Fabien

    RépondreSupprimer