mercredi 25 janvier 2017

Olac le gladiateur














 

Olac le Gladiateur est une revue de bandes dessinées en petit format parue aux éditions SFPI ( Société Française de Presse Illustrée ). 88 numéros de janvier 1961 à mai 1968. Format de parution 13 * 18 cm. Episodes trouvés : - Le 5 ème Mousquetaire - Attila - Aventures - Bob Le Beatnik - Capsule - Carletto Sprint - Devy Crock - Erik le Viking - Guerre de Troie - Jean-François Le Québecois - Jenoison et Pattaressort - Lapome Caporal - Loup Blanc - Mol et Dendur - Okey et Mao - Olac Le Gladiateur - Le Petit Duc 2 - Pik et Pok

Au début Olac fut un des plus fameux combattants des arènes de l’Empire romain. Sa bravoure, son intelligence, son sens du devoir l’amèneront à devenir un des plus fameux agent secret de l’empereur. Sas aventures nous transportent aux quatre coins du monde.

Les aventures Jean-François Le Québécois, de son vrai nom Lecavalier, qui lutte dans le camp des français. Nous sommes en 1750 au Canada. Face à la Virginie anglaise, la colonie française voit son indépendance menacée par les manœuvres du gouvernement britannique qui fait agir les indiens Delaware contre les français et leurs alliés Algonquins et Hurons.
Capsule est le héros ce cette série. C’est un jeune militaire particulièrement maladroit et il passe son temps à mettre la pagaille autour de lui ce qui rends fou son adjudant. 
Western mettant en scène Loup Blanc, un indien qui lutte contre l’injustice et les hors-la-loi. Il est aidé dans sa quête par un jeune indien Plume Blanche et son ami blanc Ulysse, qui est un peu enveloppé.
Je vous propose Olac le gladiateur  n°69 et Erik présente Olac n° 88



Lien; Olac - 069

Lien: Olac - 088

Voici les différents types de gladiateurs :


L’andabate est un gladiateur qui combat à cheval aveuglé par un casque fermé et armé d’une épée (le gladius) andabate (du gaulois « andabata » ; épée courte ; il combat les yeux bandés ou crevés ou coiffé d’un casque entièrement fermé : pour se localiser et s'affronter, les andabates sont munis de clochettes) Il porte une armure de métal sur un bras et sur une jambe. On doute de la présence d'une armure thoracique.

Le Mirmillon est un Scutatus. Il fait partie des Scutati, les gladiateurs à grands boucliers. Ici représenté avec son bouclier, le scutum, il est armé de son glaive, et protégé par son casque, sa jambière et sa manica de cuir (protection bras). Le Mirmillon est le gladiateur le plus lourdement équipé. C'est à la fois sa force et sa faiblesse ! Efficacement protégé par son bouclier de 110 X 70cm derrière lequel il se dissimule, c'est une vraie muraille pour son adversaire. Son principal adversaire est le Thrace : ensemble, ils forment le couple phare du 1er siècle de notre ère.

Le Retiaire (Retiarius pluriel retiarii, littéralement, «combattant au filet» en latin) était un des types de gladiateurs romains qui combattaient avec des équipements un peu analogues à ceux d'un pêcheur: un filet plombé (rete en latin, d'où le nom de rétiaire), un trident (fuscina ou tridens) et un poignard (pugio). Le rétiaire combattait avec une protection légère: une protection au niveau du bras (manica) et une au niveau de l'épaule (galerus ou spongia).
Le secutor est un gladiateur qui apparaît vers le milieu du Ier siècle après J.-C. (plusieurs casques de secutor ont été retrouvés à Pompéi). Il est une évolution du gladiateur mirmillo opposé à un autre combattant bien connu, le retiarius (rétiaire), armé d’un filet et d’un trident avec lequel il essaye d’envelopper son adversaire et de le transpercer, comme un poisson dans une nasse. Le Secutor maniait le gladius, bouclier long, jambière à la jambe gauche. Son casque remarquable, sans rebord, surmonté d'une crête sans arête, offrant donc moins de prise au filet que celui des autres gladiateurs. Le secutor était bien adapté à la lutte contre le Retiaire, son adversaire. Le duel secutor-retiarius, de part l’opposition équilibrée mais radicale de ses armes et ses techniques, sera l’un des plus appréciés des amphithéâtres jusqu’à la fin de l’Empire romain.

 "celui qui tranche ou qui taille" qui apparaît dès le Ier siècle. Le scissor qui est un parfait "anti-rétiaire", constitue une évolution du secutor. Il conserve son casque mais remplace son scutum par un manchon métallique terminé par une demi-lune tranchante. Il est également protégé par une lorica.

C'est un combattant " ethnique", à savoir, dont l'armement est inspiré des prisonniers de guerre des Romains, les Thraces. Il figure donc un ennemi de Rome... C'est pourtant le seul qui subsistera parmi les gladiateurs au-delà de la suppression de tous les combattants ethniques, comme le Gaulois ou le Samnite, retirés par souci diplomatique lors de la Pax Romana. Le gladiateur Thrace (ou la gladiatrice, puisque des femmes pouvaient combattre sous cet armement) est le seul avec l'Hoplomaque qui soit équipé de deux ocréas (jambières), ceci pour compenser la petitesse de son bouclier, la parma. Cela en fait, avec le rétiaire, le gladiateur le plus facile à identifier sur les mosaïques ou bas-reliefs de l'époque. Il bénéficie de la sica, épée courbe, afin de parer le bouclier monstrueux de son adversaire principal, le mirmillon, et de porter des coups sans trop offrir de prises à son adversaire. A cause de cette arme courbe, Martial surnomme le Thrace " le fourbe ".
Le Provocator est apparu au 1er siècle avant notre ère. Gladiateur lourdement équipé, il ne figure cependant pas dans les Scutati, les grands boucliers, puisque son scutum est de dimension moindre par rapport à un Mirmillon ou à un Secutor. Il ne peut cependant pas non plus se classer parmi les petits boucliers. Il exerce donc dans une catégorie à part, que l'on pourrait considérer comme combattant moyen. On distingue deux types de Provocatores : Le premier a un bouclier type légionnaire, rectangulaire, et le buste protégé par une protection de thorax en cuir ou en métal. Le second combat avec un bouclier plus grand, mais de forme arrondie, et n'a pas de protection de thorax. Le bouclier de ce combattant est bien plus qu'une défense : c'est une arme offensive. Il s'en sert pour frapper, bousculer, cogner, renverser, assommer. Un affrontement entre Provocatores est relativement proche de nos combats de boxe actuels. Les Provocatores s'affrontent toujours et exclusivement entre eux. Il est armé d'un glaive court, à la manière des légionnaires, et son casque n'a pas de cimier, toujours comme ces derniers.
L'Hoplomaque est un gladiateur relativement mal connu et encore mal identifié, en raison du paradoxe que constitue son équipement. Il est en effet à mi-chemin entre les gladiateurs légers et les lourds. Sa lame courte (poignard), et son très petit bouclier (la Parma) offrent une faible protection. Cela l'associerait aux légers, mais cette faiblesse est largement compensée par ses deux ocrea aux jambes, son arme d'hast (la lance), et son casque, qui lui confèrent une protection supplémentaire. Gladiateur polyvalent, l'Hoplomaque peut à la fois être opposé à un combattant lourd (le Mirmillon) ou léger (le Thrace). Ces oppositions sont attestées iconographiquement et témoignent bien de l'ambiguïté de son statut. L'Hoplomaque a sensiblement la même technique que le Thrace : Offensif, rapide, il bénéficie en plus d'une arme d'hast (longue) lui permettant d'harceler son adversaire sans entrer en contact avec lui. Il en profitera autant que possible, visant la tête pour sonner, le bouclier pour déstabiliser, les jambes pour déséquilibrer. S'il perd sa lance, il ne lui reste plus qu'à tenter de passer la défense adverse en effectuant un saut pour toucher au dos, ou une feinte comme une attaque en jambe ou une clé de bras.

9 commentaires:

  1. Pas grand monde pour remercier .... Un tour dans l'arène contre Lulu le marmiton, pardon le Mirmillon pour ceux qui remercient pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le marmiton c'est plutôt madame Lulu...moi je me contente de prendre des kilos.

      Supprimer
  2. Un grand (Cac)Olac à la paille, quel bonheur !! :10:
    Mille mercis à l'Hoplomaque Lulu, offensif et rapide comme pas un.
    :4:
    Les superbes illos viennent d'où?

    RépondreSupprimer
  3. Cacolac, cacolac...je préfère le petit rosé "Sable de Camargue" de ta région.
    Les images proviennent du site pinterest.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ah, ah ! Je vois que notre ami Lulu aime bien les hommes virils à moitié dénudés. :101:
    En tout cas, merci pour ces récits de gladiateurs.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ces deux BD qui me rappellent mon enfance !

    RépondreSupprimer