samedi 25 février 2017

Marco Polo n°99













 


Marco Polo est une revue de bandes dessinées parue chez l'éditeur de petits formats Aventures & Voyages qui a eu 213 numéros de mars 1960 (sous le nom de Dorian) à septembre 1986. Format de parution 13 * 18 cm.

Voici un bonus aux nombreux billets "Marco Polo" déjà proposés.





Lien: Marco Polo - 099


Merci au  scanneur/retoucheur pjp pour cette BD.

Marco Polo

Matteo & Niccolo Polo
A une époque où Venise est une cité prospère dominant Byzance, ses riches marchands en profitent pour commercer avec les Musulmans qui contrôlent la route de la Soie. Mais certains, comme Niccolo Polo, vont plus loin. Le père de Marco a en effet poursuivit sa route avec son frère Matteo jusqu’en Chine.



Il a alors rencontré en personne l’Empereur Mongol Kubilaï Khan, petit fils de Gengis Khan. Après quinze ans d’absence, Niccolo revient à Venise pour une courte période mais avec une mission prestigieuse : il est chargé par Kubilaï de transmettre un message de sympathie au Pape et de lui demander de faire venir en Chine des érudits susceptibles de transmettre à l’Orient le savoir des Latins.
A la fin de l’année 1271, Marco Polo quitte Venise avec son père et son oncle, sans savoir qu’il ne sera pas de retour avant ses quarante-et-un ans. Il en a alors dix-sept.

Départ de Venise en 1271
La forteresse iranienne de Bam
Après avoir traversé Israël puis l’Iran pour parvenir à l’Asie centrale, les trois hommes traversent le désert de Gobi, et parviennent à Cambaluc en 1275. Ils y rejoignent la Cour de l’Empereur Kubilaï Khan.

Arrivée de Matteo & Niccolo  & Marco Polo
à la Cour de l’Empereur Kubilaï Khan.
Durant seize années, ils suivront l’Empereur dans les plus grandes villes et les régions les plus reculées. Kubilaï, souverain raffiné qui a rompu avec les massacres systématiques pratiqués par ses ancêtres, apprécie l’apport culturel des Vénitiens. Marco Polo maîtrise progressivement le chinois et devient diplomate. Il aurait même été gouverneur de la ville Yang-chou pendant trois ans.

Toutefois, Marco, son père et son oncle s’ennuient de Venise et prient l’Empereur de les laisser partir. Kubilaï accepte le jour où il a besoin de faire de transporter une princesse mongole jusqu’en Iran.
En 1291, le Grand Khan Kubilai la fiance à son petit-neveu, l'ilkhan Arghoun, à la suite d'une demande formulée par ce dernier, après qu'il a perdu son épouse favorite Bouloughan. Arghoun demande à Kubilai Khan de lui envoyer une épouse issue de la même tribu que la défunte, Kubilai lui choisit alors la princesse bleue, Kukachin, âgée de dix-sept ans
Les Vénitiens, fort d’une longue expérience de voyages, sont désignés pour l’accompagner. Après avoir traversé Sumatra et l’Inde, ils déposent la jeune femme puis poursuivent leur route jusqu’en Italie.
Lors de leur retour à Venise, la cité est en conflit avec Gènes. Le 8 septembre 1298, Marco Polo dirige une galère lors d’une bataille maritime entre les deux puissances. La flotte vénitienne essuie une cinglante défaite et Marco est fait prisonnier.

La bataille navale de Curzola, qui eut lieu le 8 septembre 1298 dans les environs de l'île de Korčula (Dalmatie) avec la victoire de Gênes, restaura l'équilibre entre les deux Républiques maritimes de Venise et Gênes.



Partageant sa geôle avec Rustichello de Pise, romancier génois, il lui dicte ses récits. C’est ainsi que naît, en langue française, le Devisement du monde, renommé par la suite Livre des merveilles du monde. Suite à la libération de Marco Polo en 1299, le livre se diffuse dans toute l’Europe et est traduit en plusieurs langues.
« Qui ne l'a pas vu ne pourrait le croire » est un leitmotiv de son livre. « Incroyable mais vrai » est sa recette. Cependant il est douteux qu'il ait été accueilli avec scepticisme à son retour par les patriciens de Venise : la République avait les moyens de savoir qu'il n'affabulait pas. De même les Génois qui lui firent rédiger son mémoire (dont ils avaient besoin pour leurs expéditions), et le frère du roi de France qui dépêcha pour en obtenir copie.

Kubilaï à la chasse

Pekin palais de Temur

Palais du Grand khan

Le Conseil des Dix, fut, de 1310 à la chute de la république en 1797,
un des principaux organes, comité exécutif et judiciaire, du
gouvernement de la République de Venise, dont le rôle était de
veiller à la sûreté de l'État.
(Les dix assistent à la décapitation de Marino Faliero
dans un tableau de Francesco Hayez)
Après sa libération en 1299, il épouse Donata Badoer et aura trois filles. Sans doute fut-il, comme patricien, membre du Grand Conseil de Venise, mais on ignore quel rôle il joua dans la création en 1310 du Conseil des Dix (institution secrète peu ordinaire qui ressemble au Tchoû-mi-Yuan, le conseil de sécurité de Kubilai). M. Polo vit alors à Venise dans la Casa Polo (quartier de Cannaregio, maison familiale détruite par un incendie en 1598) où il se comporte désormais comme un commerçant prospère mais prudent, bien loin de l'image du grand explorateur.

Il meurt le 8 janvier 1324 à Venise où il est enterré comme son père à l'église San Lorenzo mais sa tombe a disparu à la suite de différentes restaurations de l'édifice. Son testament permet d'estimer la fortune qu'il laisse, soit 10 000 ducats, ce qui ne le situe pas dans les plus grands marchands de Venise.

4 commentaires:

  1. Hé Polo ! T'as vu Marco ?
    Oui et j'ai vu une bien belle fiche de Lulu ;)
    Merci aussi à Pjp
    En passant
    http://expositions.bnf.fr/ciel/catalan/marco/page1.htm
    https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review-g187154-d7024145-Reviews-Le_Marco_Polo-Nimes_Gard_Occitanie.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis "le Doc doit certainement me diriger vers un lien d'une expo dans sa région sur Marco Polo" ...et bien non la culture du Doc se situe dans son ventre...t'as pas honte de faire de la pub pour un resto.

      Supprimer
    2. Excellent plat de pâtes a la carbonara :8:

      Supprimer
  2. Merci à Marco Lolo et à Péjipo pour cette belle fiche et ce numéro en sus !

    RépondreSupprimer