vendredi 21 juillet 2017

Roy Rogers

 

Les aventures du cow-boy chantant, grosse vedette du music-hall et de la T.V américaine.




Roy Rogers, le roi des cow-boys de séries B, pousse la chansonnette aux côtés de son cheval Trigger, un palomino surdoué capable d'exécuter 52 trucs différents. De quoi rendre jalouse Dale Evans, son épouse actrice surnommée la reine de l'Ouest, avec qui il tournera vingt films, parmi la cinquantaine de sa filmographie.


Né le 5 novembre 1911, Leonard Franklin Slye fait carrière dans le western, mais également dans la chanson. Membre du groupe The Pioneers Trio, il signe en 1940 un contrat avec Republic Pictures, par lequel il conserve les droits sur son image et sa voix. Dès lors, il exerce le contrôle sur tous les produits dérivés, disque, objets, bandes dessinées et même chaîne de restaurant.

Lien: Roy Rogers and Trigger - 097 (anglais)

En matière de bandes dessinées, Dell Comics publie une série dédiée au « personnage », Roy Rogers Comics, de 1948 à 1961. Le sommaire comprend d’ailleurs également des aventures de Dale Evans, dont certains épisodes sont illustrés par Russ Manning, le futur dessinateur de Tarzan, Magnus Robot Fighter ou Captain Johner and the Aliens. Dale Evans est, dans la vraie vie, l’épouse de Roy Rogers et, de même que son époux, c’est l’image de l’actrice qui est mise en avant.


Les aventures de Roy Rogers en bande dessinée sont en partie adaptées du Roy Rogers Show, diffusé à la télévision américaine entre 1951 et 1957. Elles se déroulent dans un western contemporain. À savoir que s’il évolue avec un cheval dans des décors datant de la conquête de l’ouest, le héros utilise également des jeeps, des avions et des téléphones. Le temps et la culture semblent figés dans une Amérique idéalisée, confite dans une forme de nostalgie.

La série télévisée de laquelle s’inspire la bande dessinée est diffusée en France à partir de 1962. La bande dessinée, en revanche, démarre bien plus tôt dans l’hexagone.On recense trois séries Roy Rogers, toutes éditées par Sagédition. Cette maison d’édition, fondée par Ettore Carozzo en 1939 (en réalité, il s’agit de la Librairie Moderne adoptant un nouveau nom), s’appelle à l’origine SAGE (Société Anonyme Générale d’Édition). Le signe PEI (Périodiques et Éditions Illustrées) orne certaines productions à partir de 1949 afin de les identifier comme étant destinées à la jeunesse. C’est d’ailleurs sous cette dénomination que certains numéros de Roy Rogers paraîtront, et il faut se référer à l’ours, en fin de fascicule, afin de repérer l’adresse de la maison d’édition, sise au 12 rue du Quatre-Septembre, localisation connue de Sagédition. La première série connaît quinze numéros (d’octobre 1952 à avril 1953), la deuxième trente-six numéros (de mai 1953 à avril 1956) et la troisième quarante-deux numéros (de février 1962 à janvier 1967).

Lien: Roy Rogers (Sage) - 001

Lien: Roy Rogers (PEI) - 005
Lien: Roy Rogers (PEI) - 009


Lien: Roy Rogers (Vedette TV) - 009
Lien: Roy Rogers (Vedette TV) - 014


Merci aux  scanneurs/retoucheurs/traducteurs/éditeurs pour ces BD. 

Bonne Lecture


4 commentaires:

  1. Roy Lulu, tu es le roi !! :10:
    Merci mon ami :4:
    J'ai du voir quelques uns de ses films il y a très très longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem, j'ai dû en voir...mais à mon avis c'était le fond du panier du western série B.

      Supprimer
    2. Au patronage, on avait que ça ;)

      Supprimer