lundi 5 février 2018

Garry - 105 - 112 - 118 - 123

 

Garry est une série de bande dessinée de Félix Molinari, publiée initialement aux Éditions du Siècle à Lyon. La série démarre en 1948 sous la forme de récits complets dans le magazine Garry des Éditions du Siècle qui prendront ensuite le nom d'Imperia.

À partir du numéro 27, elle va absorber le mensuel Youpi et va se nommer Youpi - Parution de Février 1948 à Novembre 1985. Format de parution 13 x18 cm. 456 numéros.

Le sergent Garry est un héros de la guerre du Pacifique. En plus d'un physique avantageux, il est considéré comme l'un des meilleurs officiers de l'état-Major américain. Très polyvalent, il va durant les 456 numéros endosser tous les rôles : tour à tour pilote, chef d'escadrille, instructeur et même agent secret.

Les conflits sont nombreux et Garry va combattre non seulement dans le Pacifique mais également en Chine et il fera également quelques escapades en Europe.


Le H.M.S. Li Wo, Singapour le 14 février 1942.

Il y a eu beaucoup d'actions courageuses parmi ceux qui essayaient de s'éloigner de Singapour au cours de ces derniers jours. De terribles batailles ont été livrées contre vents et marées pour tenter d'évacuer les personnes évacuées, y compris de nombreuses femmes et enfants. D'autres navires ont tenté de livrer le combat à l'ennemi. La plupart de ces actions restent inconnus ou non enregistrées, les témoins sont morts dans les combats, ou les survivants ont été massacrés par les Japonais ou sont morts par la suite dans les camps de prisonniers de guerre. Il est donc important de ne retenir qu'une action qui peut être considérée comme représentative de plusieurs.
On se souvient d'un seul navire et d'un seul homme avec le plus grand honneur militaire de cet épisode:

Le Li Wo était un bateau pour passagers construit par la Hong Kong & Whampoa Dock Company pour l’Indo-China Steam Navigation Company Ltd. C’était un navire de 1000 tonnes, de 160 pieds de long, avec des machines à vapeur, produisant pas moins de 300 chevaux et a été construit pour transporter des passagers sur le cours supérieur du fleuve Yangtsé.

En 1940, la Grande-Bretagne était en guerre et dirigeait ses navires de guerre vers des régions militairement actives. La Royal Navy a réquisitionné le Li-Wo, lui a boulonné un vieux canon de 4 pouces sur le pont avant, installé deux mitrailleuses Lewis et lui a donné comme fonction un rôle de  bateau de patrouille. Elle l’a ensuite envoyé à Singapour, considéré comme une zone arrière du conflit.



Tout cela a changé après que les Japonais ont envahi la Malaisie le 8 décembre 1941. Le 13 février 1942, la Malaisie était tombée et Singapour était sur le point de suivre. Les Britanniques avaient déjà retiré leurs principaux navires de guerre dans la région de Ceylan et de Java. Parmi les derniers à quitter Singapour se trouvait le Li-Wo, avec l'ordre de se rendre à Batavia, sur l'île de Java, aux Indes néerlandaises (aujourd'hui Jakarta, Indonésie).

Février 42, le Li Wo était à Singapour lorsque les Japs l’envahirent. Avant la chute de Singapour, le Li Wo s’est glissé entre les champs de mines vers la mer. 


Les 84 membres d'équipage de Li-Wo étaient aussi improbables que leur navire. Le jour du départ, son équipage comprenait 19 hommes de la Royal Navy, cinq soldats, deux hommes de la Royal Air Force, 10 Malais, six Chinois et 34 Européens assortis. Thomas Wilkinson, âgé de 43 ans, était à la tête du commandement du Li-Wo lorsqu'il s'agissait d'un navire marchand. Comme il connaissait le navire et que des officiers de marine réguliers étaient requis ailleurs, Wilkinson était demeuré responsable avec le grade de lieutenant temporaire dans la réserve de la Royal Navy.

Au cours des 24 heures qui ont suivi, l'équipage de Li-Wo a repoussé quatre attaques aériennes, dont l'une aurait impliqué 52 avions ennemis. Les canonniers du navire ont dépensé la plupart de leurs munitions, mais le navire, bien qu'endommagé, est resté navigable.













Dans l'après-midi du 14 février, le Li-Wo passait au nord du détroit de Bangka lorsque de la fumée apparaissait à l'horizon. Tard dans l'après-midi, il aperçut deux convois ennemis en route pour envahir Sumatra, dont le plus gros était escorté par le croiseur léger de 5 660 tonnes Yura et deux destroyers de 2 000 tonnes, Fubuki et Asagiri.


Dans ses circonstances, Wilkinson n'avait que deux options rationnelles: se rendre ou s'enfuir. Au lieu de cela, il s'est adressé à son équipage: "Un convoi japonais est en avance. Je vais l'attaquer. Nous prendrons avec nous autant de bâtards Jap que possible. ». En prenant cette décision, qui a reçu un appui résolu de l’équipage entier du navire, le lieutenant Wilkinson savait que son navire faisait face à une destruction certaine, et que ses propres chances de survie étaient faible. Il demanda ensuite aux artilleurs combien de munitions restaient. Ils ont signalé un total de six obus de perçage semi-blindés, quatre obus de munitions, trois obus antiaériens et trois obus d'entraînement. Ça et les canons Lewis c'était tout.




Ce qui suivit fut peut-être la bataille navale la plus unilatérale depuis 1591, lorsque Sir Richard Grenville, avec le HMS Revenge, attaqua seul une armada de plus de 50 navires espagnols.

Le H.M.S. Li Wo hissa son enseigne de combat et se dirigea directement vers l'ennemi. 




















Dans l'action qui a suivi, les mitrailleuses ont été utilisées contre les équipages de tous les navires ennemis à leur portée. Une équipe de volontaires, ancien marin du Prince of Wales et Repulse, coulés deux mois plus tôt, ont compté chaque tir ont manœuvré le canon de 4 pouces, qui a sévèrement touché un transport japonais. Incroyablement, le transport japonais a pris feu, et ses hommes ont abandonné le navire.


Après un peu plus d'une heure, le H.M.S.
Li Wo avait été gravement endommagé et coulait. 

Le lieutenant Wilkinson décida alors d'éperonner sa cible principale, le grand navire, qui avait été abandonné par son équipage.


  1. Il est connu que ce navire après l'action a brûlé violemment tout au long de la nuit, et a probablement été coulé.
  2. L'engagement dura près d'une heure, jusqu'à ce que finalement, ayant dépensé ses munitions, le lieutenant Wilkinson a finalement ordonné l'abandon du navire. Le petit 'Li Wo' sombra sous la puissance de feu combinée du croiseur et du destroyer - mais son enseigne de combat flottait toujours en haut du mât. Son capitaine, le Lieutenant Temporaire Thomas Wilkinson resta à son poste sur le pont et sombra avec son navire.

Les Japonais furieux ont ouvert le feu sur les nageurs, sur les radeaux et sur les canots de sauvetage. Ils ont lancé des grenades sur eux et même des morceaux de charbon et finalement le destroyer s'est frayé un chemin à travers l'épave à grande vitesse dans une tentative de les faucher pendant qu'ils luttaient dans l'eau. 

Huit hommes ont réussi à grimper sur un bateau de sauvetage inondé dont deux ont succombé à leurs blessures. Trois autres se sont accrochés à un morceau d'épave à la dérive. Le lendemain, ils eurent la bonne fortune de dériver à côté d'un baleinier, qui, bien que gravement endommagé avait des avirons et une voile. Ils ont remonté la voile et ont commencé à bouger. Pendant la nuit, ils ont entendu des faibles cris et ont trouvé deux radeaux avec sept autres survivants de leur navire. Tout ce qu'ils pouvaient faire pour ces gars était de remorquer les radeaux, car le baleinier était sur le point de couler. Le lendemain ils atteignirent l'île Banka. Ici, ils ont tous rampé sur la plage pour s'allonger, et c'est dans cet état que la force d'invasion japonaise les a trouvés et les a fait prisonniers. C'était le début d'une autre saga.

Peu d'entre eux ont survécu les trois années suivantes aux camps de prisonniers japonais.


Ce n'est qu'à la fin de la guerre, quand ils ont été rapatriés, que l'histoire a enfin été révélée. En 1946, le gouvernement britannique a officiellement reconnu la valeur de l'équipage. Le HMS Li-Wo est devenu le petit bateau le plus décoré de l'histoire navale britannique. En tête de la liste des lauréats, le lieutenant temporaire Thomas Wilkinson de la Réserve de la Navy s'est vu décerner la Croix de Victoria à titre posthume, selon sa citation, «en reconnaissance de l'héroïsme et du dévouement manifestés non seulement par lui-même mais par tous ceux qui ont combattu "


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier

Merci au  scanneur/retoucheur GG1 pour ces BD.
Il nous en a promis d'autres…alors n’hésitez pas à le remercier.


Bonne Lecture

6 commentaires:

  1. Many thanks to G(arry)G1 (GI'GI' one ça fait tout à fait pile poil film de guerre ;) :70:
    and to our spectacular (amazing!!) Professor Lulu :10: (french kiss)

    RépondreSupprimer
  2. Impérial, mon cher Lulu ! :59:
    Et merci à GG1 pour ses scans.

    RépondreSupprimer
  3. Encore un beau tir groupé et une belle fiche : merci Lulu et GG1

    RépondreSupprimer