dimanche 11 mars 2018

Météor - 200-201-202-203

 

Météor est une série de petits formats parue aux éditions Artima et Arédit. Certains dans la collection Cosmos. 96 numéros du 07-1962 au 08-1977. 7 numéros spéciaux ont été édités en bichromie. Format de parution 13 * 18 cm. Les héros principaux sont Professeur Spencer, Ray Comet et biens d’autres. Histoires résolument tournées vers la science-fiction.




Titre originalForbidden Planet
RéalisationFred M. Wilcox
ScénarioCyril Hume (adaptation)
d'après une histoire de
Irving Block
Allen Adler
Acteurs principaux
Sociétés de productionMGM
Pays d’origineDrapeau des États-Unis États-Unis
Genrescience-fiction
Durée98 minutes
Sortie1956


En 2257, le croiseur spatial C-57D avec à sa tête le commandant John Adams est en route vers la planète Altaïr IV pour secourir le Bellérophon, un vaisseau d'exploration dont l'équipage n'a plus donné signe de vie depuis dix-neuf ans.


Au moment de l'approche, le professeur Edward Morbius, un ancien membre de cette expédition perdue, contacte soudainement le croiseur et déclare qu'il n'a besoin d'aucun secours. Il met en garde le commandant et prévient qu'il ne pourra pas garantir la sécurité de ses hommes. Néanmoins, Adams décide de se poser sur Altaïr IV.










Sur place, Adams, le lieutenant Jerry Farman et le lieutenant « Doc » Ostrow sont accueillis par Robby le robot, qui, avec un véhicule, les conduit à une villa.



Morbius leur apprend qu'une mystérieuse et gigantesque force a jadis tué tous les passagers du Bellérophon et détruit le vaisseau. Il fut l'un des trois seuls survivants, avec sa femme (décédée entretemps de mort naturelle) et leur fille Altaïra. Il prévient les trois officiers qu'ils risquent leurs vies en restant ici. Altaïra, qui n'a jamais connu que son père, se montre très intriguée par les officiers : Adams et Farman tombent sous le charme de la jeune fille, un triangle amoureux se met en place. Adams décide de contacter la Terre.


Durant la nuit, quelque chose s'introduit dans le vaiseau terrien et sabote du matériel de transmission. Au matin, Adams et Ostrow se rendent chez Morbius pour le questionner dans le cadre de l'enquête.


Celui-ci leur parle de la civilisation très avancée des Krells qui existait sur cette planète et qui disparut mystérieusement il y a plus de 200 000 ans. Morbius leur montre un appareil krell capable de mesurer et d'améliorer les capacités intellectuelles, et leur raconte que la première fois qu'il l'utilisa, il faillit en mourir, mais constata que sa puissance de réflexion avait doublé : fort de cela, il a pu étudier les archives des Krells et construire Robby, la villa et d'autres appareils technologiquement très avancés.










Il leur fait une démonstration : l'image en trois dimensions d'Altaïra se matérialise. Puis il conduit les deux hommes à visiter la centrale énergétique des Krells : passant par une porte blindée, le groupe se retrouve au milieu d'une immense installation de 60 km2 et de forme cubique, qui plonge directement dans le noyau de la planète. Cette gigantesque machine fonctionne encore et son réacteur possède une puissance équivalant à 9 200 bombes thermonucléaires. Adams réclame alors le droit pour les Terriens de récupérer cette technologie mais Morbius refuse, prétextant qu'un tel transfert serait prématuré car personne n'est prêt à la recevoir et à la comprendre.


En réponse au sabotage, Adams fait mettre en place un champ de force autour du vaisseau.


Celui-ci s'avère inefficace puisque la chose invisible réussit de nouveau à pénétrer dans le vaisseau, tuant trois hommes dont l'ingénieur en chef Quinn, chargé des transmissions.


Une nouvelle enquête est diligentée et une empreinte est découverte : le moulage révèle un pied monstrueux, celui d'une créature fantastique.

Lors d'une nouvelle attaque, la créature se matérialise sous l'action des tirs au laser produits par l'équipage pour se défendre et prend la forme d'un monstre rugissant. Farman est tué.



Dans la villa, Morbius, endormi d'un sommeil agité, se réveille soudain aux cris d'Altaïra qui vient de faire elle aussi un cauchemar. Au même moment, dans le camp des Terriens, le monstre disparaît.


Adams et Ostrow se rendent de nouveau à la villa. Tandis qu'Adams questionne Morbius, Ostrow s'en va essayer l'appareil cérébral des Krells et tombe en syncope : avant de mourir, il révèle à Adams que l'énorme machine sous leurs pieds servait en fait aux Krells à matérialiser et projeter aux quatre coins de la planète toute chose imaginable, mais qu'ils avaient oublié un détail : « les monstres de l'Id »2,3. Adams comprend alors que c'est l'inconscient de Morbius, connecté à la machine et au réacteur souterrain, qui est à l'origine de l'apparition du monstre et de la destruction du Bellérophon. Abasourdi, Morbius refuse d'entendre cette explication.

















Altaïra avoue à Adams qu'elle l'aime, et ce, par bravade envers son père, mais au même moment, Robby détecte que quelque chose approche de la villa. C'est le monstre.


Les volets de sécurité de la villa sont abaissés mais ils sont déchirés par la créature: Morbius ordonne à Robby de tirer dessus, mais le robot est programmé pour ne pas tuer d'humain, or le monstre est le produit de l'imaginaire de Morbius : il disjoncte.


Il faut s'enfuir dans le laboratoire, se réfugier derrière la grande porte blindée, qui se met à fondre sous l'action de la créature.


Morbius est alors obligé d'accepter la vérité : ce monstre c'est une partie de lui-même, c'est son moi diabolique. Face à la menace de l'irruption de la créature qu'il renie oralement, espérant de son conscient entraîner ses pulsions inconscientes pilotant le monstre vers l'apaisement, il s'autodétruit en convoquant en et pour lui-même un même désir de destruction, celui-là totalement conscient et se désignant comme seule victime. Sa mort et l'anéantissement de ses pulsions inconscientes et destructrices stoppent le processus d'animation et de déchaînement du monstre. Mourant, Morbius demande à Adams de déclencher l'autodestruction de la planète en activant une réaction en chaîne au sein du super-réacteur souterrain, avant de le mettre en garde : il a 24 heures pour s'éloigner à plus de 100 millions de kilomètres de la planète.


Le vaisseau repart, avec à son bord Altaïra et Robby. Ils assistent hors de portée à l'explosion de la planète. Adams réconforte Altaïra, l'assurant que le nom de son père sera glorifié pour avoir rappelé aux hommes qu'aussi savants soient-ils, ils ne sont pas Dieu.





Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


                                               



                                               

15 commentaires:

  1. un must de la SF 50's ce Forbidden planet et merci pour ces 4 numéros inédits !

    RépondreSupprimer
  2. Cultissime série et film! merci pour ces nouveaux numéros de Météor et cette rétrospective de ce merveilleux film !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce partage, toujours admiratif du travail de numérisation de ces petits formats, particulièrement bien réalisé !!

    RépondreSupprimer
  4. Krellissime fiche, mon cher Professeur Lulius :70:
    Mille mercis dominicaux :10:
    Le monstre a été dessiné et animé par les Studios Disney ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, c'est le robot Robby que j'adore...il est devenu une figure légendaire de la science-fiction.

      Supprimer
  5. Quel fiche, quel film !!!! Un des meilleurs avec Le Jour où la Terre s'arrêta, les survivants de l'infini, Robinson Crusoé sur Mars, la guerre des mondes, la planète des vampires. Heu, en fait j'ai plein de préférés ^^ - Merci lulu !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prochainement dans cette salle…enfin sur ce blog… « La Machine à explorer le temps » et « La Guerre des mondes »…chocolats glacés à l’entracte.

      Supprimer
  6. merci de me rappeler ce merveilleux film et pour ces numéros

    RépondreSupprimer
  7. merci. Je suis un fana de Planète interdite.

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour l'ensemble,vivement le blog sur la machine à explorer le temps.

    RépondreSupprimer
  9. Que du bonheur, merci à vous

    RépondreSupprimer
  10. Météor... ouhlàlà... je lisais ça voici... euh bien longtemps.

    C'est peut-être par la couv du 203 que je suis devenu adorateur soumis des Chats !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Termineur ^^
      Oui, sait-on jamais ^^
      d'ailleurs j'avais eu un mail il y a quelques temps d'une personne qui me demandait le N° d'un épisode de Mandrake où les chats étaient les maîtres du monde ... Bon, vu la quantité de numéros sortis du magicien, je n'ai pas pu lui répondre mais ça me fait penser à ça ton histoire de chat ^^
      passes quand tu veux, tu est le bienvenue ici ^^

      Supprimer
    2. C'est un thème plusieurs fois traité en SF écrite.
      Hélas je suis incapable de citer les nouvelles.

      Mais bien sûr je n'ai jamais oublié Gummitch, le chaton philosophe de Fritz Leiber, Pete, qui voyage dans le temps grâce à Robert Heinlein, les terribles C'humains de Cordwainer Smith, les Hani de Carolyn Cherryh...

      Supprimer
    3. ... Waldo Kitty - pour ceux qui s'en souviennent ^^

      Supprimer