mercredi 11 avril 2018

Météor - 104-105-107-108


 

Météor première série est une revue de bandes dessinées parue aux éditions Artima. 110 numéros de mai 1953 à juin 1962. Format de parution 17,5 cm * 23 cm. Récits complets de science fiction.

Titre originalJourney to the Center of the Earth
RéalisationHenry Levin
ScénarioCharles Brackett
Robert Gunter
Walter Reisch
d'après le roman de Jules Verne
Acteurs principaux
Sociétés de production20th Century Fox
Cooga Mooga
Joseph L. Schenck Enterprises Inc.
Pays d’origineDrapeau des États-Unis États-Unis
GenreFantastique
Durée132 minutes
Sortie1959




À Edimbourg, en Écosse, en 1880, le professeur Sir Oliver Lindenbrook, géologue à l'Université d'Édimbourg, reçoit un morceau de roche volcanique de son élève admirateur, Alec McEwan.


Décidant que le rocher est exceptionnellement lourd, Lindenbrook, surtout grâce à l'insouciance de son assistant de laboratoire, M. Paisley, découvre un fil à plomb à l'intérieur portant une inscription cryptique.


Lindenbrook et Alec découvrent que celle-ci y a été laissée par un scientifique nommé Arne Saknussemm, qui avait, près de 300 ans plus tôt, trouvé un passage vers le centre de la Terre en descendant dans le  Snæfellsjökull, un volcan à l'ouest de l'Islande. Après avoir traduit le message, Lindenbrook part immédiatement avec Alec pour suivre les traces du pionnier islandais.


Le professeur Göteborg de Stockholm, après avoir reçu une lettre de Lindenbrook concernant le contenu du message inscrit sur le fil à plomb, choisit d'atteindre le premier le centre de la Terre. Lindenbrook et McEwan le poursuivent en Islande.


Là, Göteborg et son assistant les  kidnappent et les emprisonnent dans une cave.


Ils sont libérés par un Islandais local, Hans Bjelke, et son canard de compagnie Gertrud.


Dans ses efforts pour acheter du matériel pour l'expédition de Lindenbrook, Alec constate que tous les matériaux nécessaires ont été enlevés des magasins. Dans la chambre d'hôtel de Göteborg, ils le trouvent mort avec tout l'équipement nécessaire pour un voyage au centre de la terre: lampes auto-génératrices, pics, équipement de camping et appareils respiratoires. Lindenbrook trouve des cristaux de cyanure de potassium dans la barbiche de Göteborg et conclut qu'il a été assassiné. De l'employé de l'hôtel, ils apprennent que le comte Saknussemm, un descendant d'Arne, travaillait depuis quelque temps avec Göteborg dans sa chambre.


La veuve de Göteborg, Carla, qui croyait initialement que Lindenbrook essayait de capitaliser pour lui-même le travail de son mari décédé, apprend la vérité à partir du journal de son mari. Elle fournit l'équipement et les fournitures que Göteborg avait rassemblés, y compris des lampes de Ruhmkorff très recherchées, mais seulement à condition qu'elle les accompagne. Lindenbrook est d'accord à contrecœur, et les quatre explorateurs et le canard se dirigent bientôt vers le centre de la Terre.


En descendent dans le cratère du volcan, Oliver et son groupe découvrent bientôt que les encoches du fil à plomb sont reproduites sur le sol des cavernes et montrent le chemin qu’a pris Arne Saknussemm 300 ans auparavant.


Cependant, ils ne sont pas seuls. Le meurtrier de Göteborg, le comte Saknussemm pense qu'en tant que descendant d'Arne Saknussemm, il est le seul à avoir droit d'être là. Il suit secrètement le groupe avec son serviteur.


Leur longue descende vers le centre de la Terre est semée d’embuches et de péripéties  : chute de pierres lors d’un passage sur une corniche le long d’une paroi,


fuite devant un rocher,


découverte de sources chaudes,


Inondation provoquée par un simple coup de marteau sur une roche.


Lorsque Alec tombe dans une caverne de sel, qu’il se perd et est séparé des autres, il trébuche presque sur le serviteur mort de Saknussemm.


Quand Alec refuse d'être son remplaçant, Saknussemm lui tire une balle dans le bras. Lindenbrook situe Saknussemm à partir des réverbérations du son coup de feu. Les explorateurs sont réunis, seulement pour être pris en otage par Saknussem. Lindenbrook parvient à le maitriser en jetant du sel sur son visage. Lindenbrook convoque un procès pour le comte et les jurés rendent un verdict de culpabilité pour son meurtre de Göteborg et le condamne à mort, mais tout le monde refuse d'être le bourreau. "Il est donc convenu que le comte les accompagnera dans leur voyage.


Les explorateurs finissent par arriver sur un océan souterrain. Ils construisent un radeau à partir des tiges de champignons géants pour le traverser mais, pas avant d'échapper de justesse à une famille de dimétrodons.



Leur radeau commence à tourner dans un tourbillon au milieu de l'océan. Le professeur en déduit que cela doit être le centre de la Terre parce que les forces magnétiques du nord et du sud qui s'y rencontrent sont assez fortes pour arracher l'or représenté sous la forme d'anneaux de mariage et de remplissages dentaires. Complètement épuisés, ils atteignent la rive opposée.


Pendant que les autres sont endormis, un Saknussemm affamé attrape et mange Gertrud le canard. Quand Hans le découvre, il se précipite sur le comte, mais Lindenbrook et McEwan les séparent.


En retournant en arrière, Saknussemm s'appuie sur une formation rocheuse et détache une colonne de pierres qui en s'effondrant écrase l'homme et l’enterre. Juste derrière l'effondrement, le groupe arrive sur la ville engloutie d'Atlantis. Ils trouvent également les restes d'Arne Saknussemm. La main de son squelette pointant vers un passage à la surface.


Ils décident qu'ils devront casser un rocher géant bloquant leur chemin à l'aide de la poudre à canon laissée par Saknussemm. Un mégalosaure géant les attaque, mais il est tué par la lave libérée.


Ils montent dans un grand bol d'autel sacrificiel qui flotte sur la lave jusqu'au passage, et sont entraînés vers le haut à grande vitesse par la lave, atteignant la surface à travers un puits volcanique. Lindenbrook, Carla et Hans sont jetés à la mer, tandis qu'Alec est nu dans un arbre dans le verger d'un couvent.


Quand ils reviennent à Edimbourg, ils sont salués comme des héros nationaux. Lindenbrook, cependant, décline les accolades qui lui tombent dessus, déclarant qu'il n'a aucune preuve de ses expériences, mais il encourage les autres à suivre leurs traces. Alec épouse Jenny, nièce de Lindenbrook, et Lindenbrook et Carla, tombées amoureux, s'embrassent.


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


11 commentaires:

  1. Ce film est un de mes préférés. je l'ai vu au cinéma, à la télé, en vidéo et en DVD. je dois pouvoir raconter chacune des scènes par coeur. merci pour tout ce bonheur.

    RépondreSupprimer
  2. La meilleure adaptation du roman de Jules Verne !!
    Un grand merci à Luludenbrook pour ce rappel nostalgique aux films d'avant et ses météoritiques et giordanesques n° supplémentaires :10:

    RépondreSupprimer
  3. Avez-vous remarqué que dans le Météor 107, les Francis relâchent en 1962 un ptérodactyle sur Paris, bien avant Adèle Blanc-Sec ;)

    RépondreSupprimer
  4. merci pour le rappel de ce film et des 4 météor

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce bel article, soigné et riche en iconographie, ainsi que pour les 4 fascicules, même si on aurait pu en citer la source première, à savoir le site de Pégase (bis repetita).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, ça fait 2 fois que tu cites pégase, bon, moi je veux bien mais il faut être plus précis mon cher, perso, je ne connais pas ce truc, et si il faut citer ce site, sur quel critère ? Une adresse serait la bienvenue pour visiter .....

      Supprimer
  6. Quoi ??? Tu ne connais pas les célèbres Météor de Pégase !!!
    (Réplique culte du héros principal du dessin animé " Les Chevaliers du Zodiaque")
    Désolé pour ce jeu de mots débile, mais je ne pouvais décemment pas passer à côté ! (je te conseille de regarder sur You Tube l'hilarante parodie des "CDZ abrégés", film d'humour culte).
    Au delà, et beaucoup plus sérieusement, un véritable grand merci pour toutes ces belles nouvelles bds à découvrir ! Le dernier qui les aura lues est un chevalier d'argent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf ! tu m'a bien eu et pour te répondre non je ne connais, enfin si de nom mais c'est tout. Je me suis arrêté en gros à Capitaine flam, ensuite, comment dire je suis passé à autre chose ^^

      Supprimer
  7. Encore un beau tir groupé : un beau résumé d'un grand film de SF qui n'a ps pris tant de rides que ça et un nouveau carré d'inédits (en tout cas pour moi). Merci mille fois !

    RépondreSupprimer
  8. J'adore le style et les couvertures sont magnifiques!
    Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
  9. Très bon post et merci pour le partage.

    RépondreSupprimer