mercredi 13 juin 2018

Garry Pacifique - 014-015-017-021



Garry Pacifique est une revue de bandes dessinées parue chez l'éditeur Imperia. 44 numéros d'août 1953 à juin 1968. 11 recueils. Récits de guerre avec comme héros principal Garry .





Nous sommes en avril 1945 et les Alliés sont entrés en Allemagne. Les nazis sont désespérés et forcent chaque homme, chaque femme et chaque enfant à rejoindre l'armée .À partir de novembre 1944, tous les Allemands sont appelés à servir dans la Volkssturm *, une milice sous-équipée : les derniers défenseurs du IIIe Reich seront souvent des vieillards et des préadolescents armés de vieux fusils.











  • * Le Volkssturm (que l'on pourrait traduire par Levée du Peuple) est le nom donné à la milice populaire allemande levée en 1944 et qui devait épauler la Wehrmacht dans la défense du territoire du Reich à la fin de la seconde Guerre mondiale. Il prévoyait un appel sous les armes de tous les hommes valides de 16 à 60 ans dans des unités régionales qui épauleraient les forces armées «traditionnelles» dans la défense locale. On s'aperçoit que la défense de l'Allemagne elle-même et de villes telles que Berlin repose essentiellement sur cette milice dans la mesure où les vrais soldats, eux, sont mobilisés aux quatre coins de l'Europe. Mais l'efficacité de cette force était davantage d'ordre psychologique que militaire. Si, en tout, quelque 6 millions d'hommes ont été ainsi mobilisés, la plupart d'entre eux ne reçurent pas d'uniformes et, en termes d'armes, ne pouvaient souvent compter que sur des fusils de chasse ou des armes en mauvais état. Ce qui n'empêchera bon nombre d'entre eux les chiffres sont imprécis, mais on évoque 200.000 de se faire tuer, souvent de manière parfaitement inutile
Dans les ruines de Berlin et de Vienne assaillies par l'Armée rouge, les SS pendront encore en public tous ceux qui parlent de cesser un combat sans espoir.


Au printemps 1945, le Troisième Reich, bombardé quotidiennement, sillonné de millions de réfugiés fuyant l'avancée soviétique, et assailli de toutes parts se trouve en ruines.


Déclarant que le peuple allemand ne mérite pas de lui survivre puisqu'il ne s'est pas montré le plus fort, Adolf Hitler donne l'ordre en mars 1945 d'une politique de terre brûlée d'une radicalité jamais égalée : il s'agit de détruire non seulement les usines et toutes les voies de communication, mais aussi les centrales thermiques et électriques, les stations d'épuration, et tout ce qui est indispensable à la vie des Allemands. Dans la pratique, toutefois, ces ordres furent peu appliqués sur le terrain





Titre originalFury
RéalisationDavid Ayer
ScénarioDavid Ayer
Acteurs principaux
Sociétés de productionLe Grisbi Productions
Crave Films
Huayi Brothers
Pays d’origineDrapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
GenreGuerre
Durée134 minutes
Sortie2014







Un soldat nazi solitaire monte son cheval à travers un champ où une bataille a été livrée. Il chevauche parmi les cadavres et les chars et véhicules détruits. 
Alors qu'il passe devant un char apparemment démoli, le sergent-chef de l'armée américaine Don "Wardaddy" Collier (Brad Pitt) saute dehors et le poignarde à plusieurs reprises. Il libère le cheval et retourne à l'intérieur de son tank où le reste de son équipage attend.
Après être arrivé à la base, Collier ordonne à ses hommes de ravitailler rapidement et de réapprovisionner le char pour le remettre en état. 
Il est arrêté par un lieutenant qui demande ce qui est arrivé au reste de son peloton et Collier lui dit que son tank, Fury, est le seul qui reste du peloton.
Le convoi commence à traverser une forêt dense et Collier les met en garde de tirer sur tout ce qu'ils voient car des soldats allemands pourraient s’y cacher en attendant d'attaquer les chars.

Ellison voit quelqu'un se déplacer dans les buissons, mais hésite quand il voit que c'est un enfant. 
Gordo l'appelle à la dernière seconde avant que l'ogive d’un Panzerfaust ne soit lancée sur le tank principal, ce qui le met instantanément à feu.
Tout le monde tire dans les buissons tandis que le lieutenant dans le char complètement englouti dans les flammes, crie à l'agonie et se tire une balle dans la tête pour éviter de brûler vif. Collier condamne Ellison pour ne pas avoir tiré et lui dit que la mort du lieutenant est de sa faute.
Ils retrouvent les corps de trois «soldats» qui tiraient sur les chars : ce sont de jeunes enfants, vêtus d'uniformes hitlériens.

Le convoi continue et Collier rencontre le Capitaine Waggoner  de la Baker Company. Waggoner demande à Collier de prendre les quatre chars restants et une partie de ses troupes et d'aller porter secours à des hommes pris au piège dans un champ.

Collier conduit les quatre chars sur le champ de bataille et atteignent le champ où les troupes de l'armée américaine sont affalées. Les chars suivis par les troupes s'approchent d'une ligne d'arbres où les Allemands sont basés.

Ces derniers ouvrent le feu et les chars ripostent. Encore une fois, Ellison hésite à tirer, et quand il le fait, il lui manque énormément de précision et prend beaucoup trop de temps pour recharger son arme. Le reste de l'équipage est une machine bien huilée, chargeant les obus encore et encore.

Les Allemands tirent avec leurs canons antichars et les chars américains ripostent furieusement afin de les faire sortir avant qu'ils ne soient tués.

Les troupes sortent de derrière des chars pour entrer dans le combat et bientôt, la bataille est finie avec tous les Allemands tués.
Ils continuent vers la ville où ils se réunissent avec Waggoner et le reste des troupes. Ils traversent lentement la ville, s'attendant à ce que des soldats allemands soient à l'affût pour les attaquer.

Collier demande à un vieil allemand de se promener là où les soldats se cachent. L’allemand se fait tirer une balle dans la tête par un tireur d'élite ce qui déclenche la bataille. 
Ils rencontrent des poches de résistance d'Allemands cachés dans divers bâtiments. Après avoir tiré un obus au phosphore blanc à travers un bâtiment sur un antichar caché, plusieurs soldats nazis sortent, hurlant à l'agonie alors qu'ils sont en feu. Plusieurs soldats américains les regardent brûler vifs jusqu'à ce qu'Ellison finisse par les abattre.
Gordo le félicite pour sa première mort, mais lui dit qu'il aurait dû les laisser brûler à mort. Ils continuent à travers la ville jusqu'à ce qu'ils arrivent à un bâtiment où un allemand tend un drapeau blanc. Collier appelle l'homme et l'Allemand lui dit que les soldats à l'intérieur veulent se rendre. Collier accepte de les laisser sortir du bâtiment les mains en l'air.


Plusieurs enfants en uniformes de l'armée sortent du bâtiment, suivis par un adulte portant un uniforme d'officier. Collier demande à l'homme allemand si l'officier est celui qui enchaîne les enfants le long de la route. L'homme allemand hoche la tête. Collier ordonne à l'un des hommes de troupes de tuer l'officier sur place.
Waggoner dit à Collier qu'un pilote a vu des troupes allemandes marcher vers une base d'approvisionnement américaine où de nombreux médicaments et fournitures sont stationnés. Il veut que Collier emmène Fury et les deux autres tanks à la croisée des chemins et empêche les nazis de perturber la chaîne d'approvisionnement, ce qui serait une perte énorme pour l'armée américaine.


Les quatre chars se dirigent vers le carrefour, mais sont pris sous le feu d'un char Tigre allemand * en embuscade. Le Tigre détruit un Sherman américain avant que les autres puissent réaliser ce qui se passe.


  • * Le char le plus puissant de la Seconde Guerre mondiale le Tiger II de 67 tonnes pouvait à lui seul contenir une douzaine de tanks Sherman, ce qui fut souvent le cas. Connu sous le nom de Tiger B, King Tiger et Royal Tiger, le Tiger II transportait un équipage de cinq personnes, un moteur de 600 chevaux et une vitesse maximale de 21,74 milles à l'heure, et une autonomie de 105,57 milles. Il pouvait détruire facilement n'importe quel char Allié à portée considérable, et son blindage était si épais (1,58 à 7,09 pouces) que peu d'armes britanniques ou américaines pouvaient le détruire. Heureusement pour les Alliés, la production des mastodontes du Tigre II a été constamment perturbée par les bombardements anglo-américains et les pénuries de matières premières, de sorte que seulement 489 d'entre eux étaient entrés en service à la fin de la guerre.


Les trois chars Sherman restants couvrent le char Tigre avec des munitions fumigènes afin qu'ils puissent se couvrir. Après cela, ils décident de charger le Tigre de l'autre côté d'un champ, essayant de le manœuvrer parce que leurs armes ne sont pas capables de pénétrer l'armure du char allemand.


Le Tigre détruit deux des chars, laissant Fury comme seul adversaire. 

































Gordo tente de manœuvrer Fury derrière le char allemand pour pouvoir le tirer par derrière dans son seul point faible. Fury prend quelques coups du char allemand mais ne déplore que de légers dégâts. Ils sortent finalement le Tigre, mais ils restent seuls avec une radio cassée. 

































Ils continuent vers le carrefour et, au moment où ils s'apprêtent à gravir le sommet d'une colline, ils passent au-dessus d'une mine près d'une ferme, désactivant les chenilles.

 Ils essaient de réparer le char tandis qu'Ellison et Grady vérifient l'intérieur de la ferme pour s'assurer qu'aucun soldat ennemi ne se cache à l'intérieur.

À l'intérieur de la ferme, ils constatent qu'il a été transformé en hôpital de fortune, mais tout le monde est mort.

 Ils retournent à Fury, et Collier demande à Ellison de se rendre au sommet de la colline pour surveiller les troupes.
Ellison se dirige vers les arbres et s'assoit tranquillement, mangeant ses rations, appréciant la paix et la tranquillité.

Bientôt, il entend la chanson de marche des nazis et voit des centaines de soldats SS défiler avec plusieurs camions. 
Il redescend la colline et raconte à l'équipage ce qu'il a vu. Ils font le point sur leurs stocks, munitions, obus de chars, grenades et bombes fumigènes.

Ils récupèrent un cadavre de la ferme, le mettent sur le char, l’habile d’une veste de l'armée américaine et le placent avec leurs paquets sur le sol en feu. 

Puis ils s'assoient à l'intérieur et attendent.

Les Allemands s'approchent du char, voyant le corps en feu ils supposent que le char doit être détruit et que son équipage est mort. 

Les hommes à l'intérieur entendent que de plus en plus de soldats ennemis se rapprochent du char, qu’ils grimpent à bord et se regroupent tout près. 


Soudain, Collier et ses hommes lancent plusieurs grenades et ouvrent le feu sur les Allemands, les attaquant par surprise. 
L'équipage de Fury tire des obus sur des douzaines de soldats allemands.



















































Lorsque les nazis tentent de se cacher à l'intérieur de la ferme, ils tirent des obus au phosphore blanc sur la maison. 


Les troupes SS se préparent à lancer une attaque avec des armes antichars. Ils se faufilent dans la couverture de l'obscurité et de la fumée.

Ils attaquent le char et un projectile antichar perce la tourelle du tank, frappe Grady et le tue instantanément. 

Ellison est à court de munitions pour la mitrailleuse de bord, et Collier décide d'attraper l'une des mitrailleuses montées sur la tourelle à l'extérieur du char. Gordo et Ellison effectuent un feu de couverture avec leurs armes portatives. Ils ouvrent le couvercle du char et attrapent une mitraillette et des munitions de l'extérieur. 
Bible et Ellison sautent dans le char avec les nouvelles munitions, mais avant qu'ils ne soient en mesure de fermer la trappe, un nazi monte à bord du char et tire Collier dans le bras. Collier entraîne le nazi dans le tank, et il tourne le propre couteau du nazi sur lui et lui tranche la gorge.








































Bible traite la blessure par balle de Collier et Gordo ouvre la trappe pour lancer plus de grenades, mais quand il se lève, il est abattu, laissant tomber une grenade dans le tank. Gordo attrape la grenade et se couche dessus pour protéger les autres hommes en couvrant les fragments de son corps.
Ellison est à nouveau à court de munitions et Collier décide d’équiper la deuxième mitrailleuse extérieure montée sur la tourelle.
Il ouvre la trappe pour sauter et appelle la Bible pour lui remettre le reste des grenades. Quand la Bible sort sa tête pour les lui remettre, un tireur d'élite lui tire une balle dans la tête.













Collier prend la mitrailleuse extérieure et descend le plus de nazis possible jusqu'à ce qu'il soit également abattu à plusieurs reprises par le tireur d'élite. Il rampe dans le tank avec Ellison.
Ellison dit en larmes à Collier qu'il a peur, et Collier lui dit que lui aussi a peur. Ellison veut se rendre, mais Collier lui dit qu'il ne devrait pas, car il sera encore torturé et tué. Il demande à Ellison s'il peut voir la trappe en dessous de lui. Il répond affirmativement, et Collier lui dit de se préparer.
Les nazis sont sur Fury, puis ouvrent la trappe et lâchent un explosif à l'intérieur. Collier dit à Ellison d’ouvrir l'écoutille du plancher. Il l'ouvre et plonge sous le char, touche le sol, et entend une explosion à l'intérieur qui tue Collier.



Ellison essaie rapidement de creuser un trou pour pouvoir se cacher sous le tank.
Les troupes nazies semblent croire que tout l'équipage est mort, quand un soldat s'accroupit avec sa lampe de poche et voit Ellison. Les larmes aux yeux, Ellison lève les mains. Le soldat nazi ne dit rien et s'éloigne.



Quelques heures plus tard, Ellison se réveille brusquement pour entendre quelqu'un s’approcher. Il remonte dans le char, récupère le pistolet de Collier et attend l'ouverture de l'écoutille, prêt à les abattre. Lorsque la trappe est ouverte, il se rend compte que ce sont les troupes de l'armée américaine et des médecins. Ils le récupèrent du char, lui disent qu'il est un héros, l'emmènent dans un véhicule d'escorte alors que le reste des troupes continue.


Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier



Lien Zippyshare

Lien 1fichier
Lien Zippyshare

Lien 1fichier


5 commentaires:

  1. Quelle Furyeuse fiche, mon cher Lulu :8:
    Mille mercis pour ces 4 nouveaux numéros !!
    Je relève quand même que le doc est sur la fin de la guerre en Allemagne et non pas dans le Pacifique.
    Je pinaille, tout est fort bien fait et instructif comme d'hab :70:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi Garry n'est pas que Pacifique.

      Supprimer
    2. Tu pinailles, tu pinailles...c'est pas beau mon ami Doc. Est ce que moi je te fais remarquer que je suis en train de contempler un beau coucher de soleil sur la mer du Nord et que toi tu contemples de beaux orages...je ne suis pas comme ça.

      Supprimer
    3. Heureusement il a fait beau grâce au mistral, demain 29° de prèvu ;)

      Supprimer
  2. Merci : 4 Garry, ça ne se refuse pas !

    RépondreSupprimer