dimanche 12 août 2018

Samedi Jeunesse - 013 - 016 - 048 - 052 - 119




 

  • Dans la Famille : Journaux / Magazines ,
  • Editeur principal : SAMEDI+  .
  • Nombre de 'pièces' connues : 268 (série terminée)
        Albums/Fascicules Originaux : 217
        Spéciaux : 2
        Rééditions : 49 
  • Plage temporelle couverte (partie connue) :
        Plus ancien au n° 1 daté 11/1957
        Plus récent au n° 266 daté 12/1979
  • Autres informations (par défaut):
    Album Taille 220x300 - Couverture Brochée - Dos Cahier - 80 pages - Noir et Blanc

L'éditeur responsable est successivement A. Leleux, 105 rue royale à Bruxelles, puis André Lepers, 26 rue Saint-Laurent à Bruxelles. Le mensuel publie chaque mois plusieurs récits complets en noir et blanc destinés aux garçons et aux filles, et déjà publiés pour la plupart, dans des revues et journaux américains (Bob Rilet, Luc Bradefer, Cisco Kid,...), belges (Corentin, Dag et Heidi, Félix, Néron, Primus et Musette, Sandy et Hoppy, Zig et Puce, ... ), espagnols (Dan Jensen, La pension des bleuets, ... ), français (Alerte à la Terre, Blason d'Argent, Sitting Bull), et hollandais (Les aventures du capitaine Rob, Otto, ...

Chaque numéro comporte généralement plusieurs histoires complètes, des planches uniques, et parfois des histoires à suivre. Les rubriques sont constituées par des extraits publicitaires de l'Encyclopédie scolaire, des actualités (Méli-mélo) et d'une source danoise importante, les éditions pour la jeunesse PIB Copenhagen...

Les héros récurrents de cette période sont Néron, Jojo (devenu plus tard Gil et Jo), Félix, Le chevalier au blason d'argent, Sandy et Hoppy (le kangourou), La Pension des Bleuets... et dans les dernières années avant le changement de formule, Fifi et Tonton et les adorables Primus et Musette. Samedi Jeunesse et le magazine pour la jeunesse belge néerlandophone Ohee ont partagé beaucoup d'histoires et de séries.




Lien Stack


pages 3-65 • Sitting Bull I - Duteurtre (d) et J. François
Pierre Duteurtre, use du pseudonyme Dut pour signer son travail, ses premiers travaux paraissent dans l'As en 1937. Le roman L'Idole Bleue de José Moselli était paru une première fois dans l'Intrépide vers 1925. Il fut republié sous un titre modifié (Le Secret de l'Idole) et c'est Duteurtre qui avait remarquablement fait démarrer en phylactères les aventures du mousse Nicolas Goulven et de son ami Prosper Loignon à bord du trois-mâts "Anjou". Cependant sa carrière démarre essentiellement quand il commence à travailler sur des scénarios de Marijac qui, en 1947, lui confie la seconde partie de Guerre à la Terre (publiée dans Le Coq Hardi), à cause de la découverte par Marijac du passé collaborationniste de Liquois et de la brouille qui s'en suivit. Ensuite, de 1948 à 1952, vint une très longue série de western baptisé : Sitting Bull. Après la disparition de Coq Hardi, Duteurtre continua sa carrière dans Mireille avec La Fille de Buffalo Bill et Mary. Il travailla également pour Frimousse, Mam'zelle et Allez France, avant de se consacrer totalement à la peinture dans les années 1970.



pages 67-69, 71-76 et 78 • Le père noël - Marin

Marin: À 14 ans, il commence sa carrière sous l'aile de Marijac. Celui-ci le fait entrer dans le journal qu'il vient de créer, Coq hardi. Son premier travail est d'illustrer la série Rouletabosse Reporter scénarisée par son créateur Marijac. Pendant près de 20 ans, il animera de nombreux personnages, le plus connu étant le père Noël. À la fois à l'aise dans le style réaliste et comique, il réalise bon nombre d'illustrations pour le magazine flamand Kleine Zondagsvriend durant les années 1950.

Au milieu des années 1960, il abandonne la bande dessinée pour être salarié dans la publicité pour des vêtements pour enfants. Cette parenthèse durera 10 ans. En 1976, il rencontre Greg qui l’incite à revenir à la BD en créant Frère Boudin pour Achille Talon magazine.

En 1979, poussé par Michel Mandry, il réalise son rêve d'enfant et entre chez Disney en dessinant pour le Journal de Mickey les aventures de Mickey sur des scénarios de Corteggiani et de Dingo écrites entre autres par Michel Motti.

En 1986, il crée les Bébés Disney (Disney Babies), série traduite dans plusieurs langues (italien, allemand, japonais…) qui sera une des séries préférées des lecteurs durant les années 1980.

Claude Marin dira « Travailler pour Disney était vraiment mon truc, je considère d’ailleurs que c’est ma meilleure période et elle a duré une vingtaine d’années »

Lien Stack


pages 3-49 • Le fils du boucanier - Mathelot et Marijac 

Né dans le Quartier Latin à Paris, Christian Mathelot débute sa carrière de comics dans le magazine Gavroche en 1940. Il travaille ensuite aux Éditions Mondiales à partir de 1941 et aux Éditions Marcel Daubin à partir de 1946. Il a passé la plus grande partie de sa carrière à dessiner pour Marijac et Les Éditions de Chateaudun. À Coq Hardi, il illustre des épisodes du «Colonel X» avec des scénarios de Marijac et une adaptation comique du roman autobiographique de Pierre Clostermann «Le Grand Cirque»














pages 50-80 • Choucas, l'homme des Abîmes - Christian Mathelot
Dans la revue Mireille, il a repris l'œuvre de L'Orpheline du Cirque de Pierre Le Guen (également avec des scénarios de Marijac). Parmi les autres collaborations avec Marijac figurent «L'Étrange Croisière du Squalus» (1950) et «La Fin du Monde est pour Demain» (1955-56). En outre, il a dessiné 'Lili Hôtesse de l'Air' et 'L'Étoile du Cirque' pour Frimousse.
Pour Samedi-Jeunesse, il crée Alerte à la Terre (1958), Le Fils du Boucanier (1959), Choucas l'Homme des Abîmes (1959), Raid Alaska-Terre de Feu (1960). Son adaptation de 'Le Grand Cirque' a été réimprimée dans la série 'Biggles présente' des Éditions Miklo en 2004.
Lien Stack
Lien Stack


Lien Stack

Merci au  scanneur/retoucheur  pour les numéros 048-052-119

14 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour ces numéros : il y a des trésors dans cette revue !

    RépondreSupprimer
  2.   Que sont ces revues devenues...
      Que nous avions de si près tenues.
      
      Merci pour la réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles ont disparues... :1:

      Supprimer
    2.   Je n'aurais pas posé une question aussi indigente. Dans mon esprit, la réponse est cette mise en ligne et je remerciais pour celle-ci.
        
        Mais j'avoue que ce n'était pas des plus explicite...

      Supprimer
    3. Je paraphrasais "Pauvre Rutebeuf" ;)
      "...Je crois le vent les a ôté(e)s"

      Supprimer
    4.   Whouaouh ! magnifique.
        En la matière, ça c'est de la réponse.

      Supprimer
    5. Il me reste en stock une trentaine de Samedi Jeunesse...s'il y a des amateurs, j'en proposerais d'autres plus tard.

      Supprimer
    6. Oh! Que oui, mon cher Lulu :10:
      As-tu ceux avec le Capitaine Rob ?
      Samedi Jeunesse n° 2, 5, 11 (Décembre 1957 – Mars 1958 – Septembre 1958)

      Supprimer
    7. Je ne suis pas à la maison pour le moment mais je pense en avoir au moins deux...et je possède également le Bob Rilet

      Supprimer
  3. Mille mercis pour cette superbe revue GF belge !! :10:

    RépondreSupprimer
  4. Merci ... je ne connaissais pas cette revue.

    RépondreSupprimer