vendredi 10 août 2018

Vigor 99 et 100


Une nouvelle histoire de Vigor mais ce n'est pas ce qui m'intéresse dans ce n°99, il s'agit du récit secondaire avec Ray Nouvelles.

En mission d'escorte des convois américains dans l'Atlantique nord durant l'hiver 1942, Vigor cherche à comprendre pourquoi les torpilles des U-Boot sont si efficacement mortelles.


La plupart des torpilles modernes peuvent être complètement autonomes. Elles possèdent un sonar actif et/ou passif et sont capables de se diriger elles-mêmes vers la cible qu'on leur a désignée avant le lancement. D'autres types de torpilles autonomes possédaient par exemple, et surtout pendant la seconde moitié de la Seconde Guerre mondiale, un capteur acoustique (un sonar passif) qui leur permettait de se diriger vers le bruit émis par les moteurs de la cible. Cependant, il arrivait que ce genre de torpille se verrouille sur le bruit des moteurs du sous-marin lanceur, c'est pourquoi la procédure standard consistait à plonger à vitesse réduite après un tel tir.


Les allemands utilisaient des torpilles acoustiques, les «Falke» et «Zaunkönig », après des recherches commencées dès 1934 en vue de la destruction des navires de guerre. Le guidage se faisait au son émis par les hélices de ces navires. Les défauts des autres torpilles vont accélérer les recherches en ce domaine, désormais les navires de commerce seront aussi visés. La première torpille acoustique est mise en service début 1943, elle est dénommée G7as «Falke» (ou T IV).
Fin 1943, une nouvelle torpille acoustique est mise en service : la G7a «Zaunkönig» (ou T V), sa vitesse est de 24 nœuds mais son rayon d'action n'est que de 5,7 km alors que la «Falke» atteint les 7,5 km.
La Royal Navy, inquiétée par l'apparition de ces nouvelles torpilles, mettra au point une parade: le système « Foxer » . Le «Foxer» est un appareil émettant un bruit visant à désorienter les torpilles acoustiques; il est attaché à un long filin derrière les escorteurs épargnant ainsi les navires du convoi. Ces torpilles, bien qu'étant le reflet d'une Allemagne toujours capable de produire des engins géniaux, ne sont pas du tout satisfaisantes ; leur taux de réussite dépasse à peine les 10% (sur 700 torpilles lancées). De plus, ces torpilles, attirées par le bruit des moteurs du U-Boot, revenaient parfois vers le tireur!



Ray Nouvelles : "Un cas sensationnel"



suite dans le Vigor n°100



Infos complémentaires:
https://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/bataille-de-latlantique/
http://thetyran.free.fr/fms/DOCUMENTS/torpilles.htm
https://www.croixdefer.net/forum/showthread.php?tid=758&pid=29633
http://letatave-a641.net/TORPILLES_39-71.htm




Je vous propose les n°99 et 100

n°99 (mars 1962)



n°100 (avril 1962)



Merci à DM&Starman pour le scan et la retouche du n°99
et au scaneur anonyme pour le n°100



Pensez à remercier...


Doc Mars




6 commentaires:

  1. Un Merci très 'vigoreux' ! Voilà qui vient combler quelques trous dans cette belle série.

    RépondreSupprimer
  2. Le Doc qui se lance dans les récits de guerre...magnifique. Merci gentil Doc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'ai revu il n'y a pas longtemps "Das Boot", j'ai pensé copier un peu tes sublimes fiches :8:

      Supprimer
    2. Splendide film avec le Fregattenkapitän Heinrich Lehmann surnom 'Der Alte'...le premier qui me traite de Vieux...tare ta gueule à la récré.

      Supprimer
  3. Cool... Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
  4. Après Prof Lulu voici Prof Mars, son digne émule ! :4:
    Merci pour cet inédit et cette excellente fiche.

    RépondreSupprimer